Calais se dote d'une usine de biométhanisation

Publié le

La ville a inauguré le 8 décembre l'usine de traitement de graisses et de biodéchets, près du centre de tri de déchets, installé en 2004. Une plate-forme de recyclage de trois hectares unique en France.

Quand Calais rattrape son retard, c'est pour donner l'exemple. Avec l'inauguration de l'usine de biométhanisation, le Syndicat mixte d'élimination et de valorisation des déchets du Calaisis (Sevadec) dispose d'un centre complet de valorisation, capable de traiter les déchets ménagers et les graisses. Valorga International, filiale d'Urbaser, spécialisée dans le traitement biologique des déchets, se targue d'avoir construit l'usine sur un site unique en France. Sous son allure de ferme flamande, il réunit une déchetterie couverte, un centre de tri des emballages ménagers, un centre de transfert d'ordures ménagères, une plate-forme de regroupement du verre. Et désormais d'usine de méthanisation, couplée à une centrale de cogénération. L'ensemble a été réalisé dans le respect de la norme HQE (Haute Qualité Environnementale) et sur les 22 millions d'euros d'investissements l'usine seule en a mobilisé 17 millions d'euros, dont près de 2,7 millions de subventions.

valoriser 50 % des déchets produits en calaisis

Le Sevadec regroupe 60 communes réparties sur trois collectivités (Communauté d'agglomération du Calaisis, Communauté de commune de la région d'Audruicq et Syndicat mixte de ramassage et de traitement des ordures ménagères du Calaisis), soit un bassin de 160 000 habitants. « Notre objectif est de valoriser 50 % des déchets produits sur le territoire à l'horizon 2011. L'autre moitié, les déchets ultimes, sera envoyée à l'incinération ou mise en décharge », indique Christophe Guerre-Genton, le directeur technique.

Le site compte déjà une soixantaine de salariés. Il accueillera une dizaine de collaborateurs supplémentaires au démarrage de l'usine. Même si sa construction est terminée, la mise en route des machines ne s'effectuera en effet qu'en janvier avec deux mois d'essai à blanc avant que le digesteur (cuve où les déchets fermentent), d'une capacité de 3 200 mètres cubes, n'avale ses premières tonnes de matières. Tous les déchets fermentescibles du Calaisis ne seront traités qu'à partir de l'automne 2007.

Le procédé de méthanisation permet de produire de l'énergie, du biogaz et du compost. L'unité dispose d'une capacité annuelle de traitement de 27 000 tonnes de biodéchets auxquelles s'ajoute 1 000 tonnes d'huiles et de graisses, permettant de produire 1 million de mètres cubes de biogaz. Les déchets transformés produiront 11 000 tonnes de compost par an de très bonne qualité, destinée aux agriculteurs de la région. L'usine doit produire à terme 18 930 MW/an. 4 900 MW/an d'eau chaude seront destinés aux bâtiments du site et au séchage du compost et 3 000 MW/an au chauffage du digesteur à 55°C. Elle revendra à EdF 6 500 MW/an, soit la consommation de 14 000 foyers calaisiens.

Le centre de valorisation organique des biodéchets du Calaisis est la concrétisation d'un projet impulsé il y a dix ans. C'est la création du Sevadec, en 2000, qui a permis d'établir une politique régionale cohérente en matière d'environnement. Aujourd'hui, le tri fait partie du quotidien de chaque citoyen. Le centre est même ouvert aux visites scolaires, de quoi sensibiliser les jeunes générations

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte