Quotidien des Usines

Caillau regroupera sur un seul site la fabrication de ses colliers

, , , ,

Publié le

Le spécialiste français des colliers de serrage et d'étanchéité Caillau investit plus de 20 millions dans une nouvelle usine à Romorantin (Loir-et-Cher).

Caillau regroupera sur un seul site la fabrication de ses colliers
Collier de serrage et d'étanchéité Caillau.
© Caillau

L'arrivée d'un nouvel actionnaire, Parquest Capital, mi-2015, a débloqué un vieux dossier chez Caillau, spécialiste français des colliers de serrage et d'étanchéité pour l'automobile. Les dirigeants de cette PME de 470 salariés viennent de déposer un permis de construire pour bâtir une nouvelle usine de 25 000 mètres carrés à Romorantin (Loir-et-Cher). L'investissement, soutenu par les collectivités locales, dépassera les 20 millions d'euros. La société mixte d'équipement du Loir-et-Cher, 3 Vals Aménagement, accompagne cette société présidée par Pierre-André Fernandez.

Imaginé dès 2009, le nouveau site remplacera deux ateliers et un site de stockage dispersés dans et autour de la sous-préfecture du Loir-et-Cher. La nouvelle usine devrait être opérationnelle au second semestre 2017.

Caillau avait été sauvé par ses cadres en 2004 après un dépôt de bilan en 2002. Pour répondre à la crise dans l'automobile, et à la concurrence des productions à bas prix, Caillau a misé sur l'innovation, qui occupe une soixantaine de personnes. Il produit ses colliers inox avec un process d'emboutissage continu, qui requiert moins de soudures et de rectifications.

Le bureau d'études a aussi mis au point une nouvelle gamme pour la zone échappement des moteurs, alors que l'industriel était surtout présent dans la partie fluide. "Grâce au renforcement des normes antipollution dans la plupart des pays, cette solution garantissant une meilleure étanchéité des circuits a séduit de nombreux constructeurs", explique Pierre Decré, directeur d'investissement de Parquest Capital, principal actionnaire de Caillau, qui a aussi séduit des motoristes de l'aéronautique.

A l'été 2015, le fonds ING Belgique a été remplacé par Parquest Capital et CM-CIC. "Le but est d'accompagner l'entreprise dans sa transition vers l'industrie du futur sur un marché en forte expansion", résume Pierre Decré.

Ce fournisseur de PSA et Renault et d'autres constructeurs auto dans le monde a enregistré 67 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015. Il vise une centaine de millions d'euros d'ici 2020.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte