Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le "je t'aime moi non plus" des cadres à leur entreprise

Christophe Bys

Publié le

baromètre A première vue, c'est la lune de miel. Les cadres sont majoritairement satisfaits de leur entreprise, d'après le baromètre Ifop Cadremploi. A y regarder de plus près, la réalité est moins nette. Les cadres semblent avoir trouvé des motifs de satisfaction dans leur environnement proche, tout en étant plus critique sur la stratégie générale de la DG. Résultat : ils regardent le marché et prennent leur temps, optimisme aidant. Surtout, ils s'inquiètent en silence de la réforme de leur statut qui leur assurait - c'est eux qui le disent - une meilleure protection sociale. 

Le je t'aime moi non plus des cadres à leur entreprise © Marco Pagni CC Flikcr

DRH on vous accable, on vous accuse, mais rassurez-vous la grande majorité des cadres sont contents des efforts que vous déployez pour eux. C'est ce qui ressort du baromètre réalisé par l'Ifop pour Cadremploi (1). Près de huit cadres sur dix déclarent sentir très bien ou assez bien dans leur entreprise. Et les jeunes cadres aussi bien que les plus expérimentés. 

Les collègues première source de satisfaction

Ce qui transparaît de cette étude quand on l'observe plus en détail, c'est à quel point les cadres semblent avoir fait contre mauvaise fortune bon coeur. Parmi les items qui leur sont proposés, l'importance donnée par l'entreprise à votre travail, la politique de rémunération et l'organisation du travail au sein de l'entreprise sont classés aux trois dernières places des facteurs contribuant à leur satisfaction (25 % 20 % et 16% respectivement).

Mais qu'importe les cadres sont satisfaits de l'intérêt des missions qu'on leur confie (50 %), de l'ambiance de travail avec les collègues (48 %) et de l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle. De même quand on leur demande à qui ils font confiance pour leur faciliter le travail, ils répondent : les collègues de l'équipe de travail (90 %), les collègues d'autres équipes ou services (83 %), mais ils ne sont plus que 75 % pour répondre "mon supérieur hiérarchique" et 66 % "la direction de l'entreprise".

A l'inverse les principaux motifs influant négativement sur leur perception de leur entreprise sont l'organisation du travail au sein de l'entreprise (50%), la faible importance donnée à leur travail (45 %) ex-aequo avec la politique de rémunération. C'est dire que la satisfaction globale affichée n'est pas un quitus sans réserve pour l'entreprise. Les cadres ont trouvé de quoi s'épanouir dans leur travail et leur environnement proche et pour le reste, ils en ont fait plus ou moins leur deuil. 

En recherche active Et patient

Plusieurs signes le montrent. Ainsi, 42 % des cadres qui s'étaient vus proposés un poste (27 % du total) au cours des six derniers mois, l'ont refusé. C'est un niveau jamais atteint depuis février 2014, c'est très exactement 11 points de plus qu'alors. Autre signe des temps : si 35 % des cadres déclarent vouloir rester dans son entreprise, 45 % expliquent "être ouvert aux opportunités". 5 % aimeraient créer leur entreprise et 2 % devenir indépendant. Les facteurs exogènes jouent incontestablement : les cadres sont globalement très optimistes sur leur avenir. Ainsi, 72 % des cadres voient positivement le marché de l'emploi des cadres. 66 % disent l'être sur le marché de l'emploi dans leur secteur/marché. 63% le sont pour leur marché de l'emploi régional. 55 % sont confiants sur le contexte économique et social. 

59 % des cadres ont mené au cours des six derniers mois une démarche active. Ils sont 59 % à avoir consulté des offres d'emploi, 31 % ont postulé à une ou plusieurs offres et 27 % ont passé un ou plusieurs entretiens. Rien d'étonnant donc si le souhait de mobilité immédiat régresse. Ils ne sont que 12 % à exprimer vouloir changer d'entreprise dès que possible et 10 % avant un an. Quand on est optimiste sur les possibilités qui existent sur le marché, on peut choisir. Et de même qu'on a décliné une offre interne, on étudiera les offres externes. 

Dans ce climat, où les cadres font globalement figure de relatifs privilégiés profitant d'un marché dynamique, quelle importance attachent-ils à leur statut ? Une négociation, plus discrète que d'autres, est mené actuellement pour en modifier les contours. C'est un sujet d'inquiétude pour 60 % des cadres. 67 % estiment que ça va fragiliser la protection sociale des cadres et 73 % que c'est une réforme importante pour les cadres. 

Attachés à leur statut

79 % des cadres pense qu'il existe une différence entre les cadres et les non-cadres au sein de leur entreprise. Etre cadre c'est se voir reconnaître des tâches et des responsabilités spécifiques pour 80 %, c'est reconnaître une expertise professionnelle (72 %). La même proportion considère que c'est valorisant pour les bénéficiaires du statut et 57 % que cela donne droit à une protection sociale "à deux vitesses".  Ce ne sont ni les études ni le salaire qui définissent le statut de cadres pour les personnes interrogées, mais les compétences, qu'elles soient techniques ou managériales. L'autonomie dans la gestion de ses projets arrive en troisième place. 

Reste que le cadre est un salarié comme les autres qui travaille d'abord pour subvenir à ses besoins (18 % des réponses), juste devant l'épanouissement personnel (15 %) et la stabilité (13%). Aussi, si les cadres semblent ouverts à la mobilité, c'est peut être plus par réalisme que par envie. Ils sont 57 % à se dire prêts à travailler en intérim et 34 % à envisager qu'ils seront amenés à changer de statut au cours de leur carrière. La proportion atteint 44 % chez moins de 35 ans. 

 

(1)  sondage Ifop pour Cadremploi auprès d'une échantillon de 1000 personnes représentatives de la population cadres sous contrat de droit privé. étude réalisé en ligne du 10 au 18 janvier. Méthode des quotas (sexe, âge, niveau de diplôme, secteur d'activités et région) après stratification par taille d'entreprise, région et catégorie d'agglomération

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle