Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

CA Holding dépose une offre de reprise pour La Lauragaise

, , ,

Publié le

Une des filiales de la holding d’Antoine d’Espous est candidate à la reprise partielle de La Lauragaise à Castelnaudary (Aude), née sur les décombres de Spanghero SA et placée en redressement judiciaire le 4 juin. Le tribunal de commerce de Perpignan se prononcera le 30 juillet.

CA Holding dépose une offre de reprise pour La Lauragaise
La Lauragaise
© @SpangheroL - Twitter

"Nous avons un repreneur sur les activités actuelles", assurait à L’Usine Nouvelle Laurent Spanghero le 4 juin, jour de la mise en redressement judiciaire avec période d’observation de six mois de La Lauragaise. L’entreprise était née il y a un an un an sur les décombres de Spanghero SA, abattue par le scandale de la viande de cheval en février 2013. Mi-juillet, une offre de CA Holding (Loste Tradi-France…), présidée par Antoine d’Espous, est bien déposée au tribunal de commerce de Perpignan (le dossier est dépaysé dans les Pyrénées-Orientales).

Reprise partielle

Le projet industriel mise sur la reprise de 85 postes sur la centaine que compte le site, la production de 600 tonnes supplémentaires en 2014 et de 1 500 tonnes en 2015 (2 800 actuellement). Le candidat repreneur envisage un chiffre d’affaires de 12,6 millions en 2015 (6 actuellement) et le retour à l’équilibre en 2017.

CA Holding comprend Loste Tradi-France (marques Loste, Melli, Noxfine, Jean Larnaudie, Sapresti Traiteur), Grand Saloir Saint Nicolas et TLC. Le groupe indique employer 1 700 salariés en France et réaliser 330 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 10 sites de production. "Chaque site fabrique des produits spécifiques, liés à sa région", indique le site internet de Loste Tradi-France, comme la "volonté de pérenniser une industrie agro-alimentaire territoriale."

Inquiétude chez les salariés

"Depuis la semaine dernière, confirme le 16 juillet Eric Tortay, secrétaire du comité d’entreprise de La Lauragaise, nous avons vu plusieurs fois les repreneurs, père et fils (Arthur d’Espous est directeur de Jean Larnaudie, Ndlr). Ils ont visité les plats cuisinés, la charcuterie... Ils étaient là encore aujourd’hui." Les représentants des salariés, qui déplorent "un an et demi de galère" ont "beaucoup de questions : on nous parle de chômage partiel, de 9 licenciements économiques. Nous sommes inquiets sur la prime de fin d’année... Nous rencontrons l’administrateur demain."

Sylvie Brouillet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle