Ça bouge enfin dans l’éolien offshore, l’hydrogène et le stockage de l'énergie

Libérer les énergies renouvelables ne concerne pas que l’éolien et le solaire. Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire, l’a rappelé lors de son discours de clôture du colloque annuel du syndicat des énergies renouvelables avec un lot de d’annonces.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Ça bouge enfin dans l’éolien offshore, l’hydrogène et le stockage de l'énergie
Aujourd’hui en France la seule éolienne en mer est un prototype d'éolienne flottante réalisé avec Bouygues.

Enfin ! Le premier appel d’offres éolien offshore à Dunkerque va être lancé début mars, "après les consultations obligatoires", a annoncé Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire. On y croyait plus. Alors qu’une filière française est en ordre de marche depuis des années, la seule éolienne offshore qui tourne est un prototype scientifique d’éolienne flottante. "On a construit une filière d’éolien offshore en France de 700 personnes destinée au marché français, mais elle tourne pour l’export. Elle aura fourni les trois continents", observe Corinne De Bilbao, présidente de GE France. Elle va pouvoir fournir la France. Le secrétaire d’État a aussi annoncé qu’il allait poursuivre les appels d’offres pour éolien en mer flottant et posé. "On a demandé au préfet d’identifier des zones propices dans les documents stratégiques de façade, qui font aussi l’objet d’une consultation".

Un plan hydrogène imminent

Annoncé par Nicolas Hulot en début d’année, le plan hydrogène avance à pas de géant. Les propositions pour le développement des technologies de production et les usages de l’hydrogène décarboné - le gouvernement a demandé à la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) et au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternativces (CEA) de les formuler -, devraient être rendues dans les prochaines semaines, a confirmé Christophe Gégout, l’administrateur général adjoint du CEA, et président de l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l'énergie (Ancre) à L’Usine Nouvelle. Et le fer sera battu chaud. Le gouvernement "formulera dans les prochains jours ses propositions. C’est Nicolas Hulot qui les pilotera", a précisé Sébastien Lecornu.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

300 millions d’euros pour l’innovation

Dans ses bras, le secrétaire d’État est aussi arrivé au colloque du SER avec huit appels à projets du Programme d’investissements d’avenir "recouvrant l’ensemble des thématiques de la transition énergétique". Il y en aura un sur les énergies renouvelables et un autre sur les réseaux énergétiques. Le sujet du stockage sera lui intégré de manière transversale dans plusieurs appels à projets. "Ils pourront mobiliser jusqu’à 300 millions d’euros sur le quinquennat", a annoncé le secrétaire d’État.

La méthanisation bientôt libérée

Pour rattraper les retards de la France sur certains de ses objectifs, en particulier la chaleur renouvelable, Sébastien Lecornu a expliqué que "les engagements du président de la République pendant sa campagne seront tenus. Le fonds chaleur verra renforcer ses moyens et son efficacité". Bien décidé à ne pas arriver les mains vides au salon de l’agriculture, Emmanuel Macron a aussi demandé à son ministre de la Transition écologique et solidaire des propositions afin de lever les verrous pour la méthanisation, pleine de promesses pour le monde agricole. C’est donc en mode commando que Sébastien Lecornu a lancé les ateliers de libéralisation de la méthanisation qui doivent travailler sur cinq axes : dispositif d’aides publiques, financement des installations, simplification de la réglementation, raccordement au réseau de gaz et développement du bioGNV. Ils ont moins d’un mois pour rendre leur copie.

L'hydrolien relancé

Il n’y a qu’au sujet de l’hydrolien que Sébastien Lecornu a battu froid les membres du SER. "Concernant l’hydrolien, qui suscite encore des débats, nous avons à nous convaincre collectivement de la maturité des technologies. Nous engageons des études préliminaires au lancement d’un appel d’offres pré-commercial", a-t-il expliqué. Bref, retour à la case départ !

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS