C4 Cactus : "Un nouveau style avec 67% de pièces existantes", selon Eric Behr

Eric Behr, directeur du projet C4 Cactus, revient sur les choix opérés par Citroën pour l'industrialisation de son nouveau modèle, présenté le 5 février à la presse. Afin de réduire les coûts, le constructeur a récupéré de nombreux éléments des précédents modèles assemblés par PSA. Ces derniers représentent ainsi 67% du prix de revient de la C4 Cactus alors que le véhicule tranche visuellement avec l'offre actuelle.

Partager
C4 Cactus :

L'Usine Nouvelle - La C4 Cactus présentée ce 5 février est très éloigné des véhicules Citroën que l'on connaît, cela a-t-il posé problème au niveau de l'industrialisation ?

Eric Behr - Le principal défi a été de concevoir un véhicule qui a les prestations, l'habitabilité et le coffre d'une berline du segment C en se basant sur la plate-forme 1 (PF1) prévue pour des citadines. La C4 Cactus sera ainsi assemblée à l'usine PSA de Madrid, qui produit actuellement les Peugeot 207 et 207cc (voir encadré). Pour réduire le poids du véhicule, on est allé plus loin que ce qui avait été fait sur la C3 et la C-Elysée en allégeant encore un peu plus la structure de base du C4 Cactus. On se retrouve avec une voiture qui a une longueur intermédiaire entre une C3 et une C4 et l'habitabilité d'une C4 mais plus légère qu'une citadine comme la Peugeot 208. Ce poids réduit nous a permis de l'équiper de moteurs, certes performants, mais pas parmi les plus puissants actuellement.

Un Cactus à Madrid
C'est l'usine PSA de Madrid qui a récupéré la production de la C4 Cactus. La production en série démarrera fin avril pour une commercialisation en France au mois de juin. D'une capacité de 200 000 véhicules par an, le site madrilène assemble actuellement les Peugeot 207 et 207 cc sur la plate-forme PF1. Les coussins d'air innovants (technologie Airbump) sont également "made in Spain". Ils sont produits  à Barcelone par l'entreprise allemande Rehau, spécialisée dans les solutions polymères dans l'industrie.
Lors de la présentation du premier concept C-Cactus en 2007, il avait été évoqué l'objectif de réduire de moitié le nombre de pièces utilisées, qu'en est-il sur ce modèle de série ?

Nous ne l'avons pas divisé par deux mais le nombre de pièces utilisées a été considérablement diminué. On a surtout travaillé à reconduire un maximum d'organes. La réutilisation de pièces existantes, incluant le groupe motopropulseur, représente 67% du prix de revient de la C4 Cactus, ce qui énorme pour un véhicule qui ne ressemble pas à ce que l'on peut trouver aujourd'hui dans l'offre de segment C. En reconduisant de nombreuses pièces, on a tout de même réussi à faire un véhicule original complètement nouveau. Le taux de réutilisation sur la C4 Catus est parmi les meilleurs réalisés jusqu'à présent dans le groupe et c'est une philosophie que l'on retrouvera sur les voitures futures de PSA.

C'est donc un véhicule low-cost...

Tout d'abord, je pense que rien que sur son aspect extérieur on remarque qu'il ne s'agit pas d'un véhicule low-cost. Nous avons certes faits des choix pour lutter contre la tendance du "toujours plus", on est quand même sur un niveau de qualité perçue élevée sur les équipements proposés. La C4 Cactus introduit également un grand nombre d'innovations : les coussins d'air Airbump sur les côtés, son toit haute-performance thermique, un airbag passager situé dans le pavillon... Enfin, les véhicules low-cost ne proposent pas de bonnes performances en termes de consommation et d'émission alors que la Cactus affiche 3,1 litres aux cent et 82 grammes de CO2. A la limite, on peut donc dire que c'est un low-cost à l'usage mais cela reste un achat plaisir.

Propos recueillis par Julien Bonnet

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

34 - La Grande-Motte

Fourniture de matériels de balisage en mer

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS