Cœur artificiel Carmat, retraites chapeaux, grève des routiers, dialogue social : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

Vidéo Ce 19 janvier, Le Parisien donne des nouvelles du deuxième patient ayant reçu un coeur bioprothétique Carmat. L'homme de 68 ans va bien et a pu rentrer chez lui. Dans cette revue de presse également, l'actualité sociale avec l'avenir des retraites chapeaux, la grève des routiers et l'absence d'accord sur le dialogue social.

Carmat : le deuxième implanté "reprend une vie normale"

 

 

Le Parisien / Aujourd'hui en France donne des nouvelles du deuxième patient ayant reçu le cœur artificiel Carmat.  Il est rentré chez lui au début du mois et peut à nouveau mener une "vie normale", indique le professeur Carpentier au journal. "Il nous a raconté être allé déjeuner sans aucune assistance technique chez son fils à 70 km de Nantes. N'est-ce pas la plus belle démonstration d'une vie normale ?", s'enthousiasme le médecin.Cet homme de 68 ans a pu rentrer chez lui le 2 janvier dernier car il était en mesure de gérer lui-même l'appareillage portable contenant deux batteries d'appoint et un panneau de contrôle. Il avait pu reprendre l'exercice physique dès l'automne.

Le professeur Carpentier revient également pour Le Parisien sur les raisons de l'échec de la première greffe sur un malade de 76 ans, Claude Dany, qui était décédé 74 jours après l'opération. "Les causes de l'arrêt se sont révélées multifactorielles. Une part des difficultés étaient liées à la condition même du malade : son âge, sa maladie plus avancée, sa vie menacée à quelques semaines" et "son état général, rénal en particulier, plus atteint que ce que nous pouvions supposer". Entre les deux opérations, "des ajustements ont été apportés" à la prothèse.


Greffe de cœur artificiel : le récit d’un... par leparisien

Les retraites chapeaux sauvegardées… mais liées aux résultats de l'entreprise

Emmanuel Macron avait annoncé en novembre vouloir les supprimer…. Les retraites chapeaux n'ont finalement pas dit leur dernier mot. "Le rapport remis à Emmanuel Macron préconise d'encadrer ces retraites supplémentaires sans pour autant légiférer", explique Le Figaro. "Il suggère donc de moraliser le système. Première piste: établir un lien entre le niveau de retraite promis aux dirigeants et leurs résultats économiques à la tête de l'entreprise. Des amendements à la loi Macron, qui sera débattue à l'Assemblée à partir du 26 janvier, vont déjà dans ce sens. La commission spéciale de l'Assemblée a en outre déjà retenu le principe, avec le soutien du ministre de l'Économie".

"Le rapport préconise aussi d'inciter les entreprises à améliorer elles-mêmes leur déontologie en la matière, notamment en durcissant le code éthique des sociétés cotées, qu'elles s'engagent à respecter, le code Afep-Medef"; indique le quotidien.

Chauffeurs routiers : les raisons de la colère

Les routiers ont entamé ce dimanche dans toute la France une grève reconductible pour réclamer des augmentations de salaires . LCI explique les raisons de leur mouvement.

Toujours pas d'accord sur le dialogue social

 

 

Samedi 17 janvier, les organisations patronales et syndicales se sont quittées sans parvenir à boucler un accord sur le dialogue social. Leur cinquième séance de négociation était pourtant a priori la dernière. "Après des semaines de paralysie et une fois la CGPME laissée de côté, le Medef et l'UPA avaient jeté les bases d'un compromis sur la représentation du personnel des très petites entreprises. La proposition patronale de créer une instance unique de représentation du personnel, au coeur de son projet, avait fait son chemin", rappelle Les Echos. "Chez les syndicalistes, on attribue cet ultime blocage à Pierre Gattaz. 'Le patron du Medef a lâché peu de chose, et en particulier pas grand-chose de ce que demandaient la CFTC et la CGC', note l'un d'eux, cité par le quotidien économique. L'organisation patronale n'a pas mis à profit la pause demandée de vendredi 18h30 à samedi 6h. Mais les deux parties vont prochainement se retrouver pour un ultime rendez-vous. Un accord n'est donc pas impossible.

Google veut se relancer dans le paiement mobile

Google serait prêt à mettre 50 millions de dollars sur la table pour mettre la main sur le logiciel de paiement en ligne Softcard, indique le Wall Street Journal. PayPal, bientôt séparé de sa maison-mère eBay, serait également sur les rangs. Lire notre article.

Sylvain Arnulf

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte