C.Suisse peine à calmer la révolte sur la paie des dirigeants

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse reste confronté à une fronde d'actionnaires contre les revenus de ses dirigeants malgré la proposition faite la semaine dernière par la deuxième banque suisse de réduire de 40% la rémunération variable de ces derniers.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

C.Suisse peine à calmer la révolte sur la paie des dirigeants
Credit Suisse reste confronté à une fronde d'actionnaires contre les revenus de ses dirigeants malgré la proposition faite la semaine dernière par la deuxième banque suisse de réduire de 40% la rémunération variable de ces derniers. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Institutional Shareholder Services (ISS) et Glass Lewis, deux sociétés de conseil aux actionnaires, continuent en effet de recommander à leurs clients de voter contre les primes proposées pour la direction à l'occasion de l'assemblée générale annuelle qui se tiendra le 28 avril.

Depuis une votation organisée en 2013, les actionnaires disposent en Suisse d'un droit de veto sur la direction et le conseil d'administration en matière de rémunération des dirigeants.

Si les actionnaires de Credit Suisse rejettent les propositions de rémunération, ce serait la première utilisation de ce veto au sein d'une entreprise de premier plan du pays.

En plus de la baisse des bonus, le conseil d'administration a décidé de ne pas augmenter ses rémunérations cette année.

Mais les sociétés de conseil aux actionnaires n'acceptent pas que des primes soient versées alors même que Credit Suisse a subi l'an passé une deuxième perte consécutive de plusieurs milliards de francs.

ISS a dit avoir maintenu sa recommandation de voter contre les propositions en termes de rémunérations parce que la banque n'en a pas modifié les termes.

"Ou plutôt, il est demandé aux actionnaires de voter en faveur des propositions initiales du conseil en la matière, sachant que le conseil et la direction ont volontairement accepté de ne pas accepter la totalité des sommes auxquelles ils auraient droit si les propositions sont approuvées par les actionnaires", note ISS dans un rapport.

Un porte-parole de la banque a dit prendre acte des recommandations, ajoutant que l'établissement respectait la démocratie actionnariale.

ISS représente entre 15% et 20% des actionnaires de Credit Suisse et Glass Lewis 10%, selon la société de conseil Ethos.

(Joshua Franklin, avec la contribution d'Oliver Hirt, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 Commentaire

C.Suisse peine à calmer la révolte sur la paie des dirigeants

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS