C'est officiel, le Rafale de Dassault ne succédera pas aux F-16 de la Belgique

[ACTUALISE] Alors qu’Emmanuel Macron effectuera en novembre une visite d’Etat en Belgique, durant laquelle il entendait consolider l’Europe de la défense, la Belgique adéfinitivement écarté la possibilité de choisir le Rafale de Dassault pour remplacer ses F-16 vieillissants. Au profit… des Américains.

Partager
C'est officiel, le Rafale de Dassault ne succédera pas aux F-16 de la Belgique
La Belgique aurait éliminé le Rafale de Dassault pour remplacer ses F-16 vieillissants, au profit… des Américains.

Actualisation du 25 octobre : le gouvernement belge confirme avoir choisi le F-35 américain de Lockheed Martin pour remplacer ses avions de chasse F-16 après 2023, au détriment du Typhoon d'Eurofighter et du Rafale de Dassault. La Belgique va aussi acheter des drones américains, mais aussi des véhicules blindés, des frégates et des chasseurs de mines d'origine européenne.

Malgré tous ses efforts, la France semble avoir perdu la bataille du remplacement des avions de chasse F-16 de la Belgique. Interrogé mardi 23 octobre devant des députés réunis en commission au Parlement belge, le Premier ministre Charles Michel aurait annoncé qu'une décision finale devait être prise en conseil des ministres d'ici au 29 octobre mais que le candidat français était d’ores et déjà écarté. Or, selon la presse belge, le choix du gouvernement se porterait sur le F-35 du groupe américain Lockheed Martin. Abandonnant ainsi l’autre option européenne : le Typhoon du consortium Eurofighter, jugé trop onéreux.

La Belgique avait lancé en mars 2017 une procédure d'achat de 34 avions de combat pour remplacer sa flotte vieillissante d'une cinquantaine de F-16. Pour cet appel d’offres, dont le montant est estimé à 3,6 milliards d'euros, la France n’avait pas répondu en bonne et due forme, contrairement à ses concurrents, optant pour "une coopération approfondie" avec l'armée de l'air belge. En juin dernier, Rafale International annonçait un partenariat avec Thales en vue de développer un centre d'excellence industriel en cybersécurité en Belgique.

L'offre française jamais examinée en intégralité

Cette façon de faire aurait provoqué le mécontentement des nationalistes flamands dominant le gouvernement belge, selon les médias locaux. "Le cabinet du ministre de la Défense Steven Vandeput a à plusieurs reprise indiqué qu’il ne pouvait pas signer une clause de confidentialité sur l'offre française, car cela mettrait la Belgique dans une position juridique délicate qui impliquerait une négociation avec la France alors que la procédure d'appel d'offres lancée par le gouvernement était en cours. Un argument qui ne convainc pas les spécialistes", écrit ainsi L’Echo dans son édition du 22 octobre.

"Les milliers de pages de l’offre française n’ont donc finalement jamais atterri entre les mains des Belges. Seule une version extrêmement résumée aura été examinée. Les spécialistes de la Défense chargés du remplacement des F-16 - l’équipe Accap (Air Combat Capability Program) - n’auront pas davantage pu se rendre sur le terrain pour creuser les conditions d’utilisation de l’avion français, alors qu’ils ont fait le déplacement aux USA et au Royaume-Uni pour étudier de près les engagements américains et britanniques en terme de maintenance, de simulation ou d’opérationnalité", poursuit le quotidien belge.

La décision d'écarter l'offre française et d'opter pour le F-35 pourrait bien avoir également des conséquences politiques. "A la veille de la visite du président Macron en novembre, ce choix constituerait une gifle pour les relations franco-belges, et au-delà, pour tous ceux qui cherchent redonner du souffle à une Union Européenne ambitieuse. Par ailleurs, cette décision confirmerait et accentuerait pour longtemps la dépendance technologique de l’Union Européenne à l’égard des Etats-Unis", estime d'ores-et-déjà le député belge centriste cdH Georges Dallemagne dans un communiqué.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS