Tout le dossier Tout le dossier

"C’est la stratégie de Philippe Varin qui est remise en cause par Sartorius"

A été publié ce 11 septembre au matin le rapport Sartorius sur l’avenir de PSA. Il valide le plan d’économies du groupe, mais se veut sévère sur la stratégie de PSA sur le long terme.  L’Usine Nouvelle revient sur les principales annonces avec Bernard Jullien, directeur du Gerpisa.

Partager

L'Usine Nouvelle - Que pensez vous du rapport rédigé par Emmanuel Sartorius ?
Bernard Jullien - Je le trouve plutôt malin et assez équilibré. Il démontre bien dans quelle impasse se trouve le constructeur, avec un outil de production surdimensionné et un manque de moyens pour dégager du cash en Europe. Le rapport est assez bon même si la tendance est au revirement dans la position du gouvernement par rapport au début de l’été. On l’a vu, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg n’est plus le même que celui de début d’été.

Sur quoi basez-vous ce revirement ?
Le gouvernement est en fait arrivé un peu après la bataille, puisque la décision de fermer Aulnay date de bien avant l’arrivée de François Hollande en tant que président de la République. Il est difficile pour le gouvernement Ayrault de revenir sur cette décision d’une entreprise. Le président comme les autres chefs de gouvernement a bien communiqué sur le fait que la crise en Europe allait perdurer. Et face à cette situation, le gouvernement a fini par admettre que sur les décisions déjà prises pour PSA, il ne pouvait pas faire grand-chose.

Quel est l’objectif du gouvernement alors avec ce rapport ?
C’est de mettre la pression sur le constructeur, de lui faire comprendre que l’Etat l’a à l’œil. Certes il est au pied du mur par rapport aux décisions prises par PSA, mais le gouvernement lui fait comprendre qu’il doit revoir sa stratégie de fond en comble s’il entend être soutenu. Le gouvernement veut faire comprendre à PSA qu’il ne suffit pas de colmater les brèches mais bien de mettre en place une stratégie sur le long terme. Il pose en fait deux conditions à PSA : de lui montrer que la stratégie du groupe va pouvoir perdurer et que les volumes de production en France ne vont pas baisser, notamment en garantissant le maintien de la sous-traitance autour de Poissy.

Le rapport démontre pourtant que la stratégie de PSA est contestable sur certains points et notamment sur la fermeture du site d’Aulnay. Qu’en pensez-vous ?
Le rapport met en avant le fait que le site de Madrid aurait aussi pu être fermé en lieu et place d’Aulnay. C’est une remarque assez juste. Il semble contestable de conserver un site enclavé situé dans un pays où le marché automobile est en effondrement total. Mais PSA a voulu faire les gros bras et se dire prêt à s’attaquer aux problèmes des surcapacités. Et sa volonté est de constituer des pôles multi productions, comme cela va être le cas à Poissy avec la fermeture d’Aulnay.

Emmanuel Sartorius indique dans son rapport que l’avenir de PSA passe par une alliance avec quelqu’un. Est-ce une manière de dire que celle avec General Motors est inutile ?
A demi-mot, l’idée est surtout d’émettre des doutes sur cette alliance dont on ne sait pas grand-chose pour l’heure. Selon le rapport, ce rapprochement n’est pas la solution stratégique idéale pour le groupe, pour résoudre ses soucis de volumes et de développement à l’international. Il va donc falloir que le management de PSA révise sa copie sur la stratégie d’alliance.

Dans le rapport, Emmanuel Sartorius souligne la complémentarité des sites d’Opel et de PSA. Que pensez-vous de cet argument ?
Des deux côtés je pense qu’il y a une volonté de faire le ménage en Europe, pour s’adapter au mieux au problème des surcapacités. Mais le problème n’est plus de résorber les surcapacités sur ce marché, mais d’apprendre à vivre avec. Quel constructeur arrivera à survivre sur un marché à 11 millions d’unités alors que les capacités sont d’au moins 16 à 17 millions ?

Le management de PSA a-t-il des raisons de craindre pour son avenir ?
Pour l’instant, ce n’est pas la guerre. Le management vient de recevoir en quelque sorte un blanc-seing pour son plan social. Mais le rapport est violent pour Philippe Varin car il remet en cause toute sa stratégie.

Pensez-vous que le groupe Renault pourrait être affecté par les soucis de PSA ?
Le patron de Renault, Carlos Ghosn, l’a dit lui-même. Si l’un est touché, les autres vont devoir aussi s’adapter. Il y a une sorte de menace en cascade qui s’est mis en place.

1 Commentaire

"C’est la stratégie de Philippe Varin qui est remise en cause par Sartorius"

Reg
12/09/2012 11h:06

Je pense que c'est plus la stratégie des anciens patrons qui est mise à mal. Création d'usine basée sur des prévisions de marchés jamais atteintes, une internationalisation (Chine, Mercosur) qui n'est pas aussi efficace qu'elle pourrait l'être (la croissance des ventes ne suit pas la croissance des marchés). Et côté produit, peut être pas assez de communautés entre les 2 marques.

Réagir à ce commentaire

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto

PSA : 550 postes pourraient être sauvés

Quotidien des Usines

Le sort de PSA Aulnay sur la table

Auto

Les principales déclarations de la remise du rapport Sartorius sur PSA

Auto

Le rapport Sartorius valide le plan d'économies de PSA avec des réserves

Auto

PSA quitte le CAC 40, Solvay prend sa place

Auto

Vers un rapprochement PSA-Chevrolet

Quotidien des Usines

L’été noir de PSA

Auto

Quel impact pour PSA d’une sortie du CAC 40 ?

Auto

Les transferts de production entre Opel et PSA, objets de rumeurs

Quotidien des Usines

Philippe Varin lance la mission de reconquête pour Aulnay

Investissements industriels

Plan Rebond 2015 : la nouvelle bouée de secours de PSA

Auto

Devant le siège, les syndicats maintiennent la pression sur PSA

Quotidien des Usines

PSA Aulnay : "La ville n’a pas dit son dernier mot !"

Auto

Le cash, clé des négociations entre l’Etat et PSA

Constructeurs

BMW aurait mis fin à sa coentreprise avec PSA

Constructeurs

L’Etat s’empare du dossier PSA

Auto

Dix points pour sauver Opel

Auto

PSA va supprimer 8 000 emplois en France

Quotidien des Usines

"PSA nous a menés en bateau"

Auto

La folle journée de PSA

Quotidien des Usines

Le site PSA de Poissy touché par 700 suppressions de postes

Quotidien des Usines

PSA : les ouvriers abattus débraient à Aulnay

Auto

Philippe Varin (PSA) : "Pas de licenciements secs mais une solution pour chacun"

Éco - social

Arnaud Montebourg rappelle le "devoir" de PSA vis-à-vis de la nation

Auto

PSA, le constructeur qui a fermé dix usines en six ans

Editorial

Le dilemme de PSA : du premium ou des volumes

Auto

Le conseil de surveillance de PSA soutient Varin et sa stratégie

Constructeurs

Michel Sapin promet le soutien de l’Etat dans le dossier de PSA Aulnay

Auto

PSA prévoit de nouvelles mesures d’économies

Quotidien des Usines

Comité sous tension chez PSA

Auto

Automobile : Comment bien fermer Aulnay ?

Auto

Automobile : PSA en quête de cash

Auto

PSA Aulnay, usine paradoxale

Auto

PSA Aulnay et Opel Bochum, nouveaux Vilvoorde ?

Auto

"Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture de PSA Aulnay"

Quotidien des Usines

PSA pourrait annoncer la fermeture de l’usine d’Aulnay fin juillet

Auto

PSA a reçu plusieurs offres pour Gefco

Quotidien des Usines

Le plan de départs de PSA cale

Auto

PSA vend son siège

Auto

PSA - GM, la nouvelle alliance

Auto

PSA envisage des restructurations

Auto

Automobile : pourquoi PSA a besoin d’un partenaire

Editorial

208 : le modèle que Peugeot ne peut pas rater

Tout le dossier

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS