Bureau Veritas veut à nouveau quasi doubler de taille en 5 ans

PARIS (Reuters) - Bureau Veritas s'est fixé mardi des objectifs ambitieux pour 2015 grâce au développement croissant des réglementations et normes, notamment dans les pays émergents, qui lui permet d'envisager à nouveau un quasi-doublement de sa taille en cinq ans malgré les incertitudes ambiantes.

Partager

Le numéro deux mondial des services d'évaluation de conformité et de certifications, qui aura déjà pratiquement multiplié par deux son chiffre d'affaires depuis son introduction en Bourse en octobre 2007, entend réitérer cette performance grâce à une croissance moyenne de 9% à 12% par an de son activité sur la durée du nouveau plan.

En 2010, son CA est ressorti à 2,93 milliards et dépasse la barre des trois milliards en cette dernière partie de 2011.

"Le plan 2012-2015 est un plan de développement et de croissance relativement ambitieux dans un contexte économique difficile", a déclaré Frank Piedelièvre, PDG de Bureau Veritas, au cours d'une téléconférence de presse.

"Notamment parce que les tendances des marchés sur lesquels nous sommes actifs sont portées par des fondamentaux qui n'ont pas changé, notamment les réglementations et les standards en matière de sécurité et d'environnement, qui se déploient notamment dans les pays émergents."

Le groupe estime ainsi que les zones à forte croissance pèseront environ 55% de son chiffre d'affaires d'ici cinq ans, contre un peu moins de la moitié actuellement. Il entend toutefois réaliser un tiers de la croissance visée dans le plan grâce à des acquisitions tournées surtout vers les pays matures.

Bureau Veritas s'est également fixé pour objectif une hausse de 100 à 150 points de base de sa marge opérationnelle ajustée, ressortie à 16,3% en moyenne sur les douze derniers mois au 30 juin, et une croissance annuelle de son BNPA ajusté de 10% à 15% sur la durée du plan.

L'action du groupe, détenu au 31 mars à 51,2% par Wendel, prenait 1,16% à 54,22 euros à 9h25 après ces annonces, dans un marché globalement orienté à la baisse, faisant ressortir une capitalisation boursière de 5,92 milliards d'euros. A ce niveau de cours, le titre perd 4,4% depuis le début de l'année, après un bond de près de 56% sur l'ensemble de 2010.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS