Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Bure, "un grand projet intergénérationnel qui construit la France de demain"

,

Publié le

Tribune Dans cette nouvelle tribune pour L’Usine Nouvelle, Gabriel Artero, président de la CFE-CGC Métallurgie, a fait l’expérience d’une descente dans les entrailles de la terre en visitant le Centre industriel de stockage géologique Cigéo, à Bure (Meuse). Avec la conscience de faire l’expérience d’un grand projet intergénérationnel qui construit la France de demain.

Bure, un grand projet intergénérationnel qui construit la France de demain © Philippe Schaff

Les médias en ont fait un nom, un village de notre belle ruralité, Bure vous parle. Le situer sur la carte de France est moins spontané. Bure se mérite. Aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, il vous faudra près d'une heure au départ de Nancy TGV pour rejoindre ce qui n'est encore qu'un laboratoire, un site qui pourrait abriter le Centre industriel de stockage géologique, Cigéo.

Pourquoi risquons-nous d'entendre parler à nouveau de ce coin de France ? Parce que ce projet est au centre d'intenses débats, un chantier hors normes par son ampleur, par sa durée, par sa portée. Destiné à l'enfouissement des déchets radioactifs à haute activité et à vie longue, en plein milieu d'une couche d'argilite du Callovo-Oxfordien à 495 mètres de profondeur, il doit en assurer la sécurité pour des millénaires.

Le gouvernement prévoit, dans sa prochaine loi sur la transition énergétique, en débat à l'Assemblée nationale, de traiter la question des déchets radioactifs et des procédures d'autorisation de Cigéo, d'ici la fin du premier semestre 2014 en principe. Appréhender et comprendre ce que l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) y étudie et développe nécessitait de s'y plonger, au sens propre comme au figuré. Ce fut fait, en cette fin de mois de janvier.

Dans les entrailles de la terre

Après un accueil dans les équipements de surface et un exposé de mise en perspective des enjeux colossaux liés au site, le grand moment est arrivé. Changement de décor. Dehors, la pluie glaciale a fait son apparition et nous rejoignons prestement le puit de descente, tout proche. Un briefing plus tard sur les mesures de sécurité élémentaires, sortis du vestiaire badgés, bottés, casqués, équipés de gilets fluo et appareils respiratoires de secours à la taille, nous voilà en route pour le fond. Pour moi, une première !

À l'approche de l'ascenseur, changement d'ambiance. Les mines se crispent un peu. Claustrophobes s'abstenir. Mais le professionnalisme et la bonne humeur de nos hôtes font se désinhiber les plus stressés d'entre nous. La durée de la "plongée" d´un peu plus de sept minutes se réduit de moitié en perception, tant l'habilité de notre guide à nous expliquer les mille et un détails, fait oublier qu'il n'y a bien sûr pas d'échelle à crinoline pour la remontée en cas de "pépin". Mais rassurons-nous, au fond tout est prévu au cas où : alvéoles de secours, ventilation de sécurité, nourriture, boissons et même jeux de société s’il fallait y passer la soirée.

L'ascenseur ralentit puis s'arrête. Nous sommes arrivés à moins 495 mètres, au cœur de cette couche géologique du Jurassique. La première impression est celle d'une roche, grise, certes friable, mais loin de l'argile ou de la glaise à poterie. Ce qui frappe aussi c'est l'étonnante absence d'humidité. Car, c'est là une des caractéristiques de cette roche datée à 160 millions d'années, son étonnante finesse et sa grande imperméabilité. Une des raisons qui ont guidé au choix du lieu, éloigné en sus des grandes failles géologiques pour limiter les risques de sismicité.

On y fore, perce, creuse, avec brise-roches hydrauliques ou tunneliers, démontés pièce à pièce, puis acheminés au fond et remontés pour un travail dans ces galeries à échelle réduite par rapport aux futures galeries d'exploitation. S'y croise l'excellence scientifique : géologues, physiciens, chimistes, ingénieurs de toutes spécialités pour mesurer, sonder, tester, élaborer des solutions fiables. Ce qui rend Cigéo unique, c'est son cahier des charges : sa durée d'exploitation par exemple, prévue pour une centaine d'années, le principe de réversibilité ou bien encore une sûreté assurée passivement c’est-à-dire sans intervention humaine même après un éventuel oubli dans le temps.

Un projet intergénérationnel

Dès lors, on comprend mieux les tensions qui peuvent s'exprimer dans l'opinion autour d'un tel projet. Dans le cadre d'une procédure de débat public exigée par la loi pour un équipement d'intérêt national à fort impact socio-économique et environnemental, un panel citoyen a suivi une formation intensive, contradictoire et pluraliste, pour pouvoir s'exprimer sur Cigéo. Il en ressort que des questions restent en suspens, comme celles controversées du calendrier ou de la réversibilité des opérations.

Et le coût, me direz-vous? Les estimations varient entre 15 et 35 milliards d’euros selon la Cour des Comptes. Enoncé ainsi, cela peut paraître énorme. De quoi parle-t-on ? De l’équivalent de 1 à 2% du coût total de la production d'électricité en France. Remis en perspective sur un étalement et amortissement d'un siècle, cela ne devient-il pas supportable par la collectivité ?

Que l'on soit pro ou anti-nucléaire, ce qui est aujourd’hui certain c'est que les déchets sont bien là et qu'ils devront être traités. Plus encore si l'on projette le possible rallongement de vie de nos réacteurs. Plus de 50% sont d'ailleurs déjà inventoriés. Après le nécessaire temps de refroidissement, nous ne pourrons pas renvoyer indéfiniment le débat et les décisions liés à l’enfouissement de ces déchets, ce dernier apparaissant, sous conditions, comme une sécurisation de stockage à long terme.

Visiter et appréhender Bure, c’est, au fond, faire l'expérience de ces grands projets intergénérationnels qui construisent la France de demain. A contrario du gaz de schiste, pour lequel le débat est politiquement et volontairement figé par moratoire, Bure doit avancer et devenir "visible" pour l’ensemble de la collectivité publique. Il est un des éléments d’un ensemble encore plus large sur la transition énergétique dont l’industrie est grandement dépendante. Au-delà, il engage l’avenir des générations futures.

Je ne saurais trop inviter les lecteurs, particulièrement les décideurs, à visiter Bure si l’occasion leur en est donnée. Aucune matière radioactive n'étant présente, c’est en toute sécurité qu’ils pourront se forger une opinion sur un projet industriel unique.

Gabriel Artero, président de la CFE-CGC Métallurgie

galerie photo Energie

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle