L'Usine Santé

Bulle et krach sous IRM

, , ,

Publié le

Plongés dans un exercice expérimental de marché spéculatif, des dizaines de traders ont inévitablement créé les conditions d’une bulle financière et de son éclatement. Plus intéressant : dans le cerveau des traders, observé par IRM, des zones différentes sont activées par les gagnants et les perdants.

Bulle et krach sous IRM © killthebird - Flickr - C.C.

"Exubérance irrationnelle".  C’est par cette formule qu’Alan Greenspan décrivait en 1996 le comportement des investisseurs en pleine bulle Internet. La formule du président de la Banque Centrale américaine avait frappé les esprits (même si elle a eu peu d’influence à long terme), au point qu’on la retrouve encore aujourd’hui dans le titre d’une publication scientifique dans laquelle deux laboratoires (Caltech et Virginia Tech) ont pris les grands moyens pour commencer à élucider l’énigme : mais que se passe-t-il donc dans la tête d’un trader ? Dans la tête de celui qui gagne de l’argent, et de celui qui en perd.

Car c’est le principal résultat de leur étude : les traders qui profitent d’une bulle financière et ceux qui en pâtissent n’activent pas les mêmes zones de leurs cerveaux. Pour faire cette constatation, les chercheurs ont placé des traders sous IRM, afin d’observer leur activité cérébrale pendant les ordres de vente ou d’achat, et son évolution en fonction de l’état du marché.

Plus de 300 traders ont été recrutés pour participer, par groupes de dix à vingt, à des séances expérimentales de marchés financiers. Chacun était doté au départ d’un patrimoine à faire fructifier, et deux ou trois par session ont accepté d’avoir leur cerveau placé sous IRM. Plus précisément, l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM fonctionnelle), qui visualise l’activité cérébrale en mesurant des flux sanguins.

Les images obtenues sont très contrastées. Les traders qui ont perdu leur chemise dans l’éclatement de la bulle financière avaient largement activé une zone bien spécifique du cerveau (le noyau accumbens*) au moment de leurs achats. Cette zone reste calme chez les gagnants, qui en revanche ont beaucoup fait fonctionner une autre partie de leur cerveau au moment de vendre. Une zone (le cortex insulaire antérieur) qui a déjà été reliée, dans d’autres contextes, à la perception du risque ou à des états mentaux d’inquiétude…

Ce type d’expérimentations pourrait permettre de mieux comprendre le fonctionnement de groupes d’êtres humains soudainement pris d’une "exubérance irrationnelle", ou d’autres comportements collectifs absurdes, espèrent les  chercheurs.

Thierry Lucas

*  d’après wikipedia :  un ensemble de neurones qui semblent jouer un rôle important dans le système de récompense, le rire, le plaisir, l'assuétude (accoutumance, dépendance), la peur et l'effet placebo…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte