Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bull, numéro deux mondial des supercalculateurs ?

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le constructeur informatique français Bull revendique la deuxième place mondiale en puissance de calcul vendue, derrière l’indétrônable IBM. Une position qu’il espère maintenir tout en se développant aussi dans le cloud computing, la cybersécurité et le Big Data.

Bull, numéro deux mondial des supercalculateurs ? © Bull

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Bull serait-il en train de tailler des croupières à IBM, HP, Cray, SGI et autre Appro, tous américains, dans le calcul intensif ? Lors de la présentation des résultats financiers en 2012, son PDG Philippe Vannier a revendiqué la deuxième place mondiale sur les vingt machines les plus puissantes recensées en 2012 dans le monde, derrière l’indétrônable IBM. " Notre objectif est de maintenir cette position ", espère-t-il.

Paradoxalement, les revenus du groupe informatique français dans les supercalculateurs ont baissé de 3,4% en 2012 à 177 millions d’euros, alors qu’il affirme avoir engrangé un nombre record de commandes. C’est d’ailleurs la seule activité du groupe en baisse en 2012. " C’est normal, les commandes gagnées en 2012 ne commenceront à générer des revenus qu’à partir de 2013 ", explique Philippe Vannier.

Une chose est sûre : Bull, seul constructeur de supercalculateurs en Europe, devient un acteur qui compte dans ce secteur stratégique pour la simulation, la recherche scientifique et l’innovation industrielle. Selon le Top500 de novembre 2007, il ne représentait que 0,6% des 500 supercalculateurs les plus puissants recensés dans le monde, ce qui le place huitième exæquo avec Fujitsu et Self-Made, loin derrière HP (41,8%), IBM (37%), Cray (4,6%), Dell (3,8%) ou SGI (3,4%). Dans le recensement de novembre 2012, il grimpe à la sixième place avec une de part de 3,6%, derrière IBM (38,6%), HP (26,2%), Cray (6,2%), Appro (4,8%) et SGI (3,8%). Dans les deux recensement du Top500 en 2010, Bull figure en deuxième place dans le Top 20 des supercalculateurs les plus puissants dans le monde, exæquo avec Cray, avec trois machines, loin derrière IBM qui en signe huit.

Mi-2012, Bull s’est fait remarquer pour le lancement de sa nouvelle génération de supercalculateurs Bullx B700 DLC (Direct Liquid Cooling). Ces machines se distinguent par un refroidissement à l’eau tiède 40% plus efficace que le refroidissement traditionnel à l’air. Les composants chauds (processeurs, puces mémoires, etc.) sont refroidis par un contact direct avec une plaque où circule de l’eau à la température ambiante. Cette technologie, protégée par plusieurs brevets, explique l’afflux des commandes à partir du second trimestre 2012. Elle a été choisie notamment par Météo France pour le renouvellement de son parc de calcul à Toulouse, mais aussi par l’université de technologie de Dresde, en Allemagne, et le centre de recherche en calcul intensif SARA aux Pays-Bas.

Le calcul intensif, érigé en priorité de développement en 2010 dans le plan stratégique BullWay 2013, figure parmi les quatre moteurs de croissance du groupe pour les années à venir aux côtés du cloud computing, de la cybersécurité et du Big Data. " Par notre présence dans le calcul de grande capacité, les solutions logicielles et les services d’intégration métier, nous avons naturellement les compétences de nous développer dans le marché du Big Data ", explique Philippe Vannier en citant L’Oréal, l’un des clients accompagnés dans ce domaine.

En 2012, Bull a enregistré un chiffre d’affaires de 1285 millions d’euros, en baisse de 1,2%. Pour 2013, il table sur une croissance 50% supérieure à celle du marché et un résultat avant impôts et charges d’intérêts de 50 à 60 millions d’euros, contre 51 millions en 2012.

Ridha Loukil

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle