Bull décroche la palme du serveur le plus puissant

Ridha Loukil , ,

Publié le

Peu connu dans l’univers de serveurs, l’informaticien français vient se faire distinguer par une machine deux fois plus puissante que celles des leaders du marché.

Bull décroche la palme du serveur le plus puissant © D.R. - Bull

Dans le monde des serveurs informatiques, on connaît IBM, HP, Dell, Oracle, Fujitsu ou encore NEC. Mais peu Bull. Pourtant, l’informaticien français vient décrocher la palme de la puissance dans ce domaine. Selon le benchmark standard SPEC, son serveur Bullion serait deux fois plus puissant que les machines testées de HP, IBM, Oracle et Fujitsu, et quatre fois plus performant que le serveur de Cisco.

Cette consécration se limite toutefois aux serveurs à architecture X86, c’est-à-dire utilisant des processeurs d’Intel ou d’AMD. Les machines s’appuyant sur le processeur Power d’IBM ou Sparc d’Oracle atteignent des puissances plus élevées.

Lancé en 2011, le serveur Bullion se distingue par son architecture combinant 16 processeurs à 10 cœurs, contre 8 processeurs pour les machines d’IBM, HP, Dell et Oracle, et 4 pour celle de Cisco. « Les architectures traditionnelles de serveurs se limitent à la combinaison de deux cartes mères à quatre processeurs chacune. Nous avons réussi à doubler cette capacité à quatre cartes mères, sans déperdition de puissance », explique Emmanuel Leroux, chef produits serveurs haut de gamme chez Bull.

La difficulté est de faire communiquer les 160 cœurs sans déperdition de bande passante. Un défi relevé en développant une puce spécifique selon une technologie déjà à l’œuvre dans ses supercalculateurs BullX du constructeur français.

Focalisé sur le segment haut de gamme des serveurs, en Europe, en Afrique et au Moyen Orient, Bull ne se compare par à IBM, HP, Dell et autre Oracle, constructeurs d’envergure mondiale, présents plutôt sur le marché des grands volumes.

"Pour nous imposer face aux géants du secteur, nous avons besoin de différentiant fort en termes de technologie et de positionnement sur le marché. Nos serveurs répondent aux besoins de réduire le nombre de machines, simplifier l’administration et diminuer la consommation d’énergie dans les datacenters où tournent des applications critiques d’entreprises", affirme Philippe Miltin, vice-président en charge des activités supercalculateurs et serveurs cher Bull. Selon Emmanuel Leroux, l’utilisation de Bullion par Xerox en France a généré une économie d’énergie de 30%.

Bull affirme avoir déjà vendu Bullion à 130 clients. Selon la configuration (nombre de processeurs, taille mémoire, capacité de stockage, etc.), il coûte de 15 000 euros à quelques centaines de milliers d’euros.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte