Budget rectificatif : le pacte de responsabilité arrive au parlement

Les principales mesures du pacte de responsabilité figurent dans le projet de loi de finances rectificatives. L’adoption est prévue d’ici l’été.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Budget rectificatif : le pacte de responsabilité arrive au parlement

Le pacte de responsabilité prend forme. Le projet de loi de finances rectificatives, présenté le mercredi 11 juin en Conseil des ministres, ainsi que le projet de loi rectificatif de la sécurité sociale, qui lui sera présenté le 18 juin, reprennent les principales mesures du pacte annoncé en janvier par François Hollande. L’examen au parlement devrait être achevé d’ici l’été.

L’essentiel des mesures se trouvent dans le PLFRSS. Côté allégement des cotisations patronales, le texte doit inscrire la réduction des cotisations patronales pour les salaires inférieurs à 1,6 fois le SMIC. Pour les salaires au niveau du SMIC, les cotisations patronales à l’Ursaaf seront ainsi complétement supprimées. Restera à la charge des employeurs uniquement les cotisations pour la prévoyance ou le chômage. En pratique, les PME de moins de 20 salariés bénéficiaient déjà d’une quasi exonération. Les allègements seraient ensuite dégressifs pour atteindre une baisse de 1,8 point des cotisations patronales versées à la branche famille de la Sécurité sociale pour 1,6 SMIC. Au total, l’effort consenti, dès janvier 2015 est estimé à 4,5 milliards d’euros par le gouvernement.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le pacte de responsabilité ajoute deux mesures fiscales en faveur des entreprises. Les sociétés devraient ainsi profiter d’un abattement de 3,2 millions d’euros sur la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S). Environ 200 000 entreprises sur les 300 000 qui en sont redevables (il faut pour cela réaliser plus de 760 000 euros de chiffre d’affaires) devraient ainsi être exonérées totalement dès l’année prochaine pour un montant d’un milliard d’euros. A l’inverse, la surtaxe de l’impôt sur les sociétés, qui affecte les grandes entreprises, est de son côté prolongée d’un an en 2015, avant d’être supprimée en 2016.

Maintenir le Medef autour de la table des négociations

Les autres mesures du budget rectificatif concernent le coup de pouce immédiat pour les ménages modestes. 3,7 millions de ménages devraient bénéficier d’une réduction d’impôt forfaitaire de 350 euros pour un célibataire, prise en compte dès septembre sur la feuille d’impôt sur le revenu du au titre de 2013. La baisse des charges salariales pour les plus faibles revenues, en dessous de 1,3 fois le SMIC doit aussi soutenir le pouvoir d’achat des ménages.

Le secrétaire d’Etat au budget Christian Eckert a trouvé le moyen de maintenir le Medef autour des négociations des contreparties exigées par le gouvernement pour le pacte. Alors que le patronat menaçait la semaine dernière de claquer la porte des négociations dans les branches, Bercy n’a fait figurer dans le projet de loi de finances rectificative pour l’instant que les mesures applicables dès 2015. L’examen de la baisse de 1,8 point des cotisations familiales pour les salaires entre 1,6 et 3,5 SMIC (4,5 milliards d’euros) et la suppression définitive de la C3S (5 milliards d’euros) sont renvoyés à plus tard. Une façon de maintenir la pression sur le patronat. "L’année 2015 sera mise à profit pour examiner l’effet des mesures", estime Christian Eckert.

Solène Davesne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS