Budget : François Fillon plaide pour une clause constitutionnelle

Alors que la dette italienne inquiète les marchés, le premier ministre François Fillon a pris position sur l’équilibre du budget français. Il s'est dit favorable à une convocation du Congrès pour voter le projet de loi qui veut inscrire dans la Constitution la volonté et les moyens politiques de redresser les comptes publics.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Budget : François Fillon plaide pour une clause constitutionnelle

Ce mardi 12 juillet, les taux d’intérêt longs de l'Italie et de l'Espagne sont montés en flèche, illustrant la crainte d'une contagion de la crise de la dette en zone euro à ces deux pays. Un contexte dans lequel François Fillon a jugé bon de prendre parti pour une règle d’or budgétaire inscrite dans la Constitution de l’Hexagone, sur Europe 1. "C'est au président de la République de le décider, nous le déciderons à l'automne", a-t-il expliqué, précisant qu'il y était favorable car c'est "se doter d'une règle qui oblige les gouvernements à dire dans quels délais" ils comptent redresser les comptes.

Voté lundi par le Sénat en seconde lecture, ce projet de loi constitutionnelle prévoit d'inscrire dans la Constitution une nouvelle catégorie de lois, des "lois-cadres d'équilibre des finances publiques".

Le déficit du budget de l'Etat français s'est légèrement creusé fin mai, à 68,4 milliards d'euros.Le gouvernement table sur un déficit budgétaire de 91,6 milliards d'euros en fin d'année, afin de ramener le déficit public (Etat, collectivités locales, sécurité sociale) de 7,1% du produit intérieur brut (PIB) l'an dernier à 5,7% en 2011.

Par ailleurs, les prix à la consommation en France ont progressé de 0,1% en juin, comme en mai, selon l'Institut national de la statistique. Une hausse qui devrait entraîner un relèvement de 2 à 2,25% du taux de rémunération du Livret A. Dans le détail, les prix de l'alimentation sont de nouveau en hausse en juin 2011 (+0,3%), après une augmentation de 1,0% en mai. A l'inverse, les prix de l'énergie diminuent de nouveau (-0,5%, après -1,3% en mai), dans le sillage de la baisse des cours du pétrole brut. Les prix des produits manufacturés sont stables, comme en juin 2010.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS