Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bruxelles veut restructurer la politique numérique européenne

, ,

Publié le

Neelie Kroes, commissaire européenne au numérique, a publié le 18 juin un nouveau tableau de bord du secteur en Europe. L’occasion pour elle de mettre en alerte les pouvoirs publics sur le retard pris par les 27.

Bruxelles veut restructurer la politique numérique européenne © JoshuaDavisPhotography - Flickr - C.C.

Selon la commissaire aussi vice-présidente de la Commission, la demande en numérique ne cesse de grandir en Europe mais les moyens ne semblent pas suivre. En cause d’après elle : les pouvoirs publics et les entreprises.

"En investissant si peu, nous nous tirons une balle dans le pied et l'Europe risque de se faire écraser par la concurrence mondiale si elle s'endort sur ses lauriers", précise la commissaire. Elle met en avant le fait que le plan des investissements dans le domaine de la recherche soit faible et fasse perdre du terrain à l’Europe face à ses concurrents. "Si la recherche publique a été épargnée par les mesures d’austérité, les dépenses sont loin d’atteindre les 6 % de croissance annuelle nécessaires pour doubler les investissements publics d’ici à 2020", révèle le rapport.

Le numérique en Europe en quelques chiffres

15 millions d’Européens se sont connectés pour la première fois en 2011
68% des Européens ont une activité en ligne régulière
170 millions de personnes utilisent les réseaux sociaux
217 millions d’abonnés au haut débit mobile
En France, en 2011, 73% de la population utilisent l'internet régulièrement (par exemple au moins une fois par semaine), en baisse de 1 point de pourcentage depuis 2010 (données en cours de vérification), et 7 pp-dessus de la moyenne de l'UE de 68%.

 

En finir avec les entreprises du 20ème siècle

Autant de constats qui pousse la commissaire à souligner que pour l’instant, "les acteurs ont conservé des mentalités et des modèles d'entreprise du 20e siècle, ce qui nuit à l'économie européenne et ce qui est extrêmement regrettable".

La commissaire entend donc mettre en alerte les acteurs de ce secteur afin d’éviter que l’Europe ne soit écrasée par la concurrence mondiale. Du côté de la Commission, elle propose "d'instaurer un climat économique et un cadre réglementaire qui encouragent la concurrence et les investissements sur les marchés européens des technologies numériques".

Quant aux entreprises et aux pouvoirs publics, elle leur demande de former une grande coalition en faveur des emplois dans le domaine des TIC.

Notamment dans le domaine du numérique elle appelle à lutter contre l’insuffisance des moyens mis en œuvre pour déployer l’internet rapide, développer la recherche et disposer des compétences requises.

Le numérique en Europe en quelques chiffres

15 millions d’Européens se sont connectés pour la première fois en 2011
68% des Européens ont une activité en ligne régulière
170 millions de personnes utilisent les réseaux sociaux
217 millions d’abonnés au haut débit mobile
En France, en 2011, 73% de la population utilisent l'internet régulièrement (par exemple au moins une fois par semaine), en baisse de 1 point de pourcentage depuis 2010 (données en cours de vérification), et 7 pp-dessus de la moyenne de l'UE de 68%.

 

"Champion du numérique"

Des propositions réglementaires importantes ont été prises pour les années 2011 / 2012. Notamment l’instauration d’un nouveau règlement sur l’itinérance qui doit étendre le plafonnement des prix aux données et développer la concurrence. Ou encore d’ici à 2020 la mise en place d’un programme européen de financement de la recherche et de l’innovation. Sur ce plan la Commission propose d’investir quelque 80 milliards d’euros dans différents secteurs, dont celui des TIC.

La commissaire profite de cette publication pour rappeler aussi que le président de la Commission José Manuel Barroso  a appelé les Etats membres à désigner un champion du numérique. Il aura pour mission de sensibiliser le public aux atouts de l’internet.

Le tableau présenté le 18 juin n’est pas que sombre. La commissaire reconnaît tout de même que l’Union européenne est en bonne place sur le haut débit, avec près de 95% des Européens disposant d’une connexion haut débit fixe. Elle met aussi en avant le fait que l’Internet mobile est en forte croissance dans toute la zone. D’après ce tableau de bord, le secteur des technologies de l’information et de la télécommunication représente quelque 8 millions d’emplois et près de 6% du PIB dans l’Union européenne.

Le retard de la France

Reste que plus particulièrement concernant la France le tableau de bord démontre que le pays est en retard sur le développement du haut débit mobile. En effet, la France n’enregistre un taux de pénétration que de 38,7%. Soit 4,5% de moins que la moyenne européenne.

Quant au haut débit fixe,  la France enregistre un taux supérieur à la moyenne de l’Union européenne avec 35% contre 27,7% en moyenne. Soit une hausse de 2,1 points de pourcentage.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle