L'Usine Energie

Bruxelles valide le rachat de la branche énergie d'Alstom par General Electric

Manuel Moragues , ,

Publié le , mis à jour le 08/09/2015 À 17H47

La Commission européenne a donné ce mardi 8 septembre son feu vert au rachat par General Electric de la branche énergie d'Alstom. GE devra comme attendu céder des actifs à l'italien Ansaldo. 500 salariés d'Alstom seraient concernés.


Les dés en sont jetés. Comme attendu, la Commission européenne vient de donner, ce mardi 8 septembre, son aval au rachat par General Electric de la branche énergie d'Alstom. Plus rien ne s'oppose à cette acquisition à 12 milliards d'euros, même si General Electric sera contraint de céder à l'italien Ansaldo des "actifs majeurs de l'activité turbines à gaz de grande puissance d'Alstom" selon les conditions posées par Bruxelles.

Plus précisément, la commission liste dans son communiqué les actifs et le personnel qui devront quitter Alstom pour Ansaldo : la technologie des turbines à gaz GT26 et GT36 ainsi qu'un "grand nombre d'ingenieurs R&D d'Alstom qui continueront de développer" cette technologie ; les deux équipements de test de ces turbines actuellement installés en Suisse, à Birr ; les contrats de service à long terme pour les 34 GT26 déjà vendues par Alstom ; l'activité de services Power System Manufacturing d'Alstom basée en Floride.

De source syndicale, 500 salariés d'Alstom sont concernés par ces transferts : 400 ingénieurs R&D de Baden, en Suisse, et 100 employés de PSM. "En revanche, les capacités de fabrication ne sont pas transférées à Ansaldo, pointe Laurent Santoire, délégué syndical CGT d'Alstom Power. Quand Ansaldo fabriquera les GT26 et GT36, ce sera d'autant moins de charge pour les usines d'Alstom."

Une raison supplémentaire pour la CGT de s'inquiéter du sort des bientôt ex-salariés d'Alstom sous la houlette de GE. La confédération prévoit d'interpeller le gouvernement le 8 octobre sur le respect des engagements de l'américain en matière d'emplois.

La clôture de l'opération interviendra avant la fin de l'année, peut-être dès début octobre si la transaction avec Ansaldo se fait rapidement. Une assemblée extraordinaire du nouvel Alstom devra ensuite valider la distribution aux actionnaires de 3,2 à 3,7 milliards d'euros sous forme, a priori, de rachat d’actions. Alstom Transport volera alors de ses propres ailes, seulement flanqué de participations dans trois entreprises de GE dans l’énergie. Un nouveau départ plein d’incertitudes.

Edité à 17h45 : ajout de la réaction de GE : De son côté, General Electric s’est félicité dans un communiqué publié en fin d’après midi de l’aval de Bruxelles et de celui du département de la justice américain. GE prévoit de clôturer l’acquisition "aussi tôt que possible dans le quatrième trimestre". Par ailleurs, GE est près de finaliser un accord pour céder à Ansaldo les actifs listés par Bruxelles, ajoute le communiqué. Enfin, l’américain dévoile le montant final du rachat, ajusté notamment des prises de participations par Alstom dans les activités de GE dans la vapeur, les réseaux et les énergies renouvelables : environ 8,5 milliards d’euros, contre les 12,35 milliards offerts initialement, en avril 2014.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/09/2015 - 11h42 -

Pour les detenteurs de titres d'Alstom, quels impactes resulteront de ces changements? Que peux t'on esperer sur l'appreciation des titres dans le marche en fonction de cet apport de capital pour Alstom, qui le fera suivre aux actionnaires en forme de nouvelles actions ?
"La clôture de l'opération interviendra avant la fin de l'année, peut-être dès début octobre si la transaction avec Ansaldo se fait rapidement. Une assemblée extraordinaire du nouvel Alstom devra ensuite valider la distribution aux actionnaires de 3,2 à 3,7 milliards d'euros sous forme, a priori, de rachat d’actions."
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte