Bruxelles se défend de subventionner les exportations de vins européens en Chine

Les exportations de vins européens vers la Chine ne bénéficient d'aucune subvention, a assuré mercredi la Commission européenne après le lancement par Pékin d'une enquête antidumping en réplique aux taxes imposées par Bruxelles sur le solaire chinois. En Conseil des ministres, François Hollande a appelé à une réunion des vingt-sept Etats membres. De son côté, le ministre de l'Agriculture a tenu à rassurer les viticulteurs et les exportateurs de vin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bruxelles se défend de subventionner les exportations de vins européens en Chine

"Nous sommes persuadés qu'il n'y a pas de dumping ou de subventions sur les exportations de vins européens vers la Chine", a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Olivier Bailly, lors d'un point de presse organisé ce mercredi 5 juin.

La Chine vient en effet de lancer une enquête antidumping sur les vins importés de l'Union européenne. Une réponse à la décision de la Commission européenne de relever fortement les taxes sur les panneaux solaires chinois, annoncée la veille.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Des subventions pour la production de vin en Europe, mais pas pour les exportations"

"Il existe des subventions pour la production de vin en Europe, mais pas pour les exportations". a précisé de son côté le porte-parole du commissaire européen à l'Agriculture, Roger Waite.

"Comme tout membre de l'OMC, la Chine est en droit de lancer une enquête sur le dumping et le subventionnement présumés de la part de l'Europe", a souligné Olivier Bailly. "Bien sûr, nous soutenons notre industrie vinicole durant cette enquête", qui est suivie "de près" par Bruxelles, a-t-il ajouté.

En 2012, la Chine a représenté 11,4% des exportations de vins de l'UE, pour une valeur de 763 millions d'euros, selon des chiffres fournis par la Commission. Avec 546 millions d'euros, la France est le premier pays concerné, loin devant l'Espagne (89 millions) et l'Italie (77 millions).

Négociations à venir

Dans sa décision sur les panneaux solaires chinois, l'exécutif européen a opté pour des mesures progressives: à partir du 6 juin, les taxes seront au taux de 11,8%, et passeront deux mois plus tard à 47,6% en moyenne si la Commission ne parvient pas à trouver un accord avec Pékin.

Afin que ces négociations commerciales aboutissent, François Hollande souhaite qu'une "réunion" des vingt-sept Etats membres de l'Union européenne soit organisée pour dégager "une solidarité de point de vue" dans les tractations avec la Chine, a fait savoir la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem à l'issue du Conseil des ministres.

Rassurer viticulteurs et exportateurs de vins

De son côté, le ministre de l'Agriculture a tenu à rassurer les viticulteurs. "Je comprends l'inquiétude (des viticulteurs) parce que ça a été l'expression d'un grand pays qui est la Chine, où nous avons une présence extrêmement forte et importante (...) Je ne suis pas là pour inquiéter. Je suis là pour dire que dans cette discussion qui commence entre l'Europe et la Chine, on va tout faire pour trouver la bonne solution, l'équilibre dans nos relations commerciales", a expliqué Stéphane Le Foll.

Un peu plus tôt, la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux français (FEVS) avait dénoncé dans un communiqué "l'instrumentalisation" dont ils font l'objet après l'ouverture par la Chine de l'enquête visant les vins de l'Union européenne.

"L'instrumentalisation de notre secteur dans un différend commercial est particulièrement regrettable", d'autant plus que "le secteur du vin est un bon exemple d'une activité dont le dynamisme est lié à l'exportation, y compris en Chine", a déclaré Fabrice Latour, président de la FEVS.

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS