Electronique

Bruxelles lance un pacte avec les télécoms pour combler 700 000 emplois

, , ,

Publié le

Hewlett-Packard, Telefonica et huit autres entreprises technologiques et des télécoms ont signé le 25 janvier un partenariat initié par la Commission européenne pour combler 700 000 emplois vacants dans la haute technologie.

Bruxelles lance un pacte avec les télécoms pour combler 700 000 emplois © D.R.

Qualifiant ce pacte de "grande coalition", la commissaire aux Télécoms Neelie Kroes a déclaré que les sociétés s'étaient engagées à offrir des formations, un enseignement universitaire en ligne gratuit ou à apporter un financement de démarrage.

La Commission souhaite relancer la croissance en Europe, à améliorer la compétitivité des entreprises et à s'attaquer au chômage record qui touche 26,1 millions de personnes dans les 27 pays de l'Union européenne, soit 10,7% de la population active.

Les postes vacants dans le secteur de la haute technologie s'avèrent difficiles à combler, soit parce que les candidats n'ont pas les qualifications adaptées, soit parce qu'ils ont des qualifications qui ne sont pas reconnues dans tous les pays de l'Union européenne, ou encore parce qu'ils ne maîtrisent pas anglais.

"Le déficit de compétences dans le numérique s'accroît, tout comme le nombre de demandeurs d'emplois", a commenté Neelie Kroes, qui est au Forum économique mondial de Davos, dans un communiqué publié le 25 janvier. "Les gouvernements et les sociétés doivent mener une action conjointe pour combler ce déficit."

L'éditeur de logiciels allemand SAP, l'équipementier de réseaux américain Cisco Systems, le N°2 mondial du recrutement Randstad et le groupe pétrolier italien Eni, participent également à ce projet.

L'opérateur norvégien Telenor, le fabricant de mobiles finlandais Nokia, l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent et le concepteur britannique de semi-conducteurs ARM sont également intéressés.

"Le secteur de la technologie de l'information et des communications est devenu le pivot de l'économie en Europe et nous devons éviter de nous retrouver avec une génération perdue et une Europe non compétitive", a ajouté Neelie Kroes.

(avec Reuters, Foo Yun Chee, Juliette Rouillon pour le service français)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte