Bruxelles entérine le taux de TVA réduit. EDF toilette ses participations. Intel affiche de bons résultats. Les normes IAS s'imposent dans la douleur...

Partager

Bruxelles entérine le taux de TVA réduit. Comme prévu, la Commission européenne a publié hier une nouvelle liste de 20 produits pouvant bénéficier du taux réduit à 5,5 %. Celle-ci, notent tous vos quotidiens, satisfait la demande française puisqu'elle inclut la restauration, parmi des biens et des services consommés localement et ne provoquant pas de distorsion de concurrence. Cette mesure va-t-elle créer des emplois dans le secteur, les prix vont-ils baisser ? Le débat est loin d'être tranché. Pour autant, si les ministres des finances des quinze adoptent le projet, les pertes de recettes fiscales pour le budget français pourraient s'élever à plus de trois milliards d'euros par an.

EDF toilette ses participations. L'électricien public tente de reprendre la main après le rapport parlementaire très critique sur sa gestion. François Roussely, le PDG, a annoncé hier la cession de la participation que son entreprise détenait dans la Compagnie Nationale du Rhône, indique Les Echos. Les 22 % seront vendus à Electrabel, filiale belge du groupe Suez, pour 240 millions d'euros. Dans un entretien au Figaro, Gérard Mestrallet se pose en véritable challenger d'EDF. Par ailleurs, EDF a racheté la totalité des parts de sa branche trading au négociant de produits énergétiques Louis Dreyfus, pour 150 millions.

Intel affiche de bons résultats. La reprise se fait toujours attendre dans les composants électroniques, remarque Les Echos, mais le numéro un mondial des semi-conducteurs annonce un doublement de son résultat net pour le deuxième trimestre 2003, par rapport à l'année précédente. Avec un chiffre d'affaires qui n'a augmenté que de 8 %, le fort gain de productivité de ses usines a été obtenu par des investissements soutenus dans de nouvelles techniques de gravure plus fine des tranches de silicium.

Les normes IAS s'imposent dans la douleur. Le comité de réglementation comptable européen a adopté la plupart des nouvelles normes comptables, relèvent La Tribune et Les Echos. Les quelques 7000 entreprises cotées européennes et leurs filiales devront appliquer celles-ci à partir du 1er janvier 2005. Deux normes relatives à la comptabilisation des instruments financiers, IAS 32 et 39, ont été repoussées, car l'inscription de ceux-ci au bilan, à la valeur de marché, aurait pour conséquences des variations brutales des résultats des entreprises.

Ford peine à sortir de la crise. Le second constructeur automobile mondial affiche des résultats en baisse pour le deuxième trimestre à 417 millions de dollars, rapporte Les Echos. La morosité des marchés et la guerre des rabais outre-Atlantique a fait baisser les ventes de 7 % à 1,7 million de véhicules. Mais c'est surtout sur le vieux continent que Ford replonge dans le rouge, souligne La Tribune et le Wall Street Journal. L'industriel de Dearborn y cumulerait des pertes de plus de 770 millions de dollars au premier semestre 2003.

La consommation des ménages résiste. Les ventes ont traversé deux passages à vide : en mars, dans l'alimentaire et en mai chez les spécialistes, analyse le magazine LSA. Accidents de parcours ou signaux d'une rupture plus profonde ? Les patrons se montrent plus pessimistes que les conjoncturistes. Si la consommation, qui assurera plus de la moitié de la croissance de l'économie française cette année, a tenu le choc jusqu'à présent, elle a maintenant besoin de relais.

Didier RAGU

A demain

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS