International

Bruxelles aide presque autant les énergies conventionnelles que les renouvelables

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

La Commission européenne a estimé pour la première fois le montant et l’allocation des aides des Etats membres en faveur du secteur de l’énergie. Les renouvelables arrivent en tête avec 41 milliards d’euros en 2012, mais les énergies conventionnelles ne sont pas si loin.

Bruxelles aide presque autant les énergies conventionnelles que les renouvelables © Jahovil

Il n’y a pas que les énergies renouvelables qui sont subventionnées. Mais il était difficile jusqu’à présent d’avancer des chiffres à l’échelle européenne. La Commission européenne a publié le 13 octobre une étude inédite qui a recensé les différentes aides des Etats membres de l’Union européenne en faveur du secteur de l’énergie, ainsi que les coûts de production des centrales électriques européennes.

Les chiffres compilés pour l’année 2012 montrent que l’ensemble des aides publiques à l’énergie (hors transport) de l’Europe des 28 se situent entre 120 et 140 milliards d’euros. Les énergies renouvelables (EnR) se taillent la part du lion avec 41 milliards, dont 14,7 milliards pour le solaire, 10,1 milliards pour l’éolien terrestre, 8,3 milliards pour la biomasse et 5,2 milliards pour l’hydroélectrique. Les énergies conventionnelles ont pour leur part reçu environ 22 milliards d’euros d’aides en 2012, dont 10 milliards pour le charbon, 7 milliards pour le nucléaire et 5,2 milliards pour le gaz.

Ecart réduit par les aides à la consommation

L’écart entre les subventions aux EnR et celles aux énergies conventionnelles est cependant moins élevé en réalité, note la commission. Avec environ 27 milliards d’euros, le premier poste de subvention à l’énergie concerne les aides à la consommation d’énergie comme les aides fiscales. Celles-ci "ont tendance à soutenir les énergies en proportion de leur part dans le mix énergétique, qui est encore dominé dans l’Union par le gaz, le charbon et le nucléaire", précise l’étude.

En poursuivant le raisonnement et en attribuant ces aides à la consommation pour 86% aux énergies conventionnelles et pour 14% (part des EnR dans la consommation énergétique européenne en 2012 selon Eurostat) aux EnR, on arrive à un total de 45 milliards pour les énergies conventionnelles contre... 45 milliards pour les EnR. Même si ce calcul est grossier, le match est certainement serré. Et encore ce score ne tient-il pas compte de l’allocation gratuite des certificats d’émission, dont le montant est estimé à environ 14 milliards d’euros par l’étude.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte