L'Usine Nouvelle

Bruno Grandjean est élu Président de la Fédération des Industries Mécaniques

Frédéric Parisot

Publié le

Bruno Grandjean succède à Jérôme Frantz à la Présidence de la Fédération des Industries Mécaniques (Fim). L’industriel, par ailleurs président du directoire de la société Redex, devient le nouveau porte-parole de la mécanique. Parmi ses priorités, le programme Industrie du futur, bien sûr, mais aussi des propositions en matière de fiscalité pour les entreprises.

Bruno Grandjean est élu Président de la Fédération des Industries Mécaniques
Crédit photo Stéphane Lariven

La Fédération des industries mécaniques (Fim) tenait ce matin son assemblée générale. Arrivé au terme de son second mandat, Jérôme Frantz cède sa place de Président à Bruno Grandjean. Ce chef d’entreprise de 52 ans est le Président du directoire de Redex, fabricant de systèmes de transmission basé à Ferrières-en-Gâtinais (Loiret), qui emploie environ 350 personnes pour un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros. Pour les trois prochaines années, il sera la voix des 30 500 entreprises de la mécanique (10 500 de plus de 10 salariés). Au total, avec 650 000 salariés, le secteur est le premier employeur industriel de France.
 
Redorer l’image de l’industrie
 
L'Industrie du futur compte naturellement parmi les sujets prioritaires qu’aura à traiter le nouveau Président de la Fim. Car si les grands groupes se sont relativement bien emparés du sujet, reste à intéresser tous les autres…
"Il faut que la totalité des industriels se mettent en marche vers l’industrie du futur, pas seulement les têtes de filières, introduit Bruno Grandjean. La Fim travaille avec le Cetim pour que les sous-traitants s’impliquent eux-aussi dans l’industrie du futur et fassent leurs premiers investissements dans des machines, des logiciels, des robots… La difficulté, c’est qu’il y a 10 500 entreprises, donc qu’il faut imaginer 10 500 usines du futur".
 
Pour redorer l’image de l’industrie, le nouveau Président de la Fim ne part pas de zéro, et pourra poursuivre les travaux engagés par son prédécesseur."L’industrie a une meilleure image depuis quelques années, on voit par exemple que les termes “Usine”, “fabrique”, “atelier” reviennent à la mode", se félicite Bruno Grandjean.
 
Le travail dans les usines, lui aussi, a changé. "Dans les secteurs de la mécanique et de la métallurgie, les accidents du travail ont diminué de 15 % ces 15 dernières années, note le Président. Les usines sales et bruyantes, à la Zola, ont laissé la place à des ateliers automatisés et robotisés. L’homme n’est plus asservi à la machine, aujourd’hui ce sont les machines qui sont là pour assister l’homme. C’est tout cela que nous voulons montrer à travers l’industrie du futur : montrer que ce sont des métiers nobles, qu’on y crée des produits, qu’on y travaille en équipe, qu’on mélange des technologies… "
 
Des Youtubers comme ambassadeurs
 
Ce discours, la Fim veut le porter particulièrement à destination des jeunes. A ce sujet, la Fédération vient de publier une série de vidéos sur Youtube mettant en scène Jhon Rachid. Le Youtubeur bien connu des jeunes générations s’est rendu dans trois entreprises. Il y parle de sujets techniques, comme l’usinage, le traitement de surface ou le machinisme, avec de l’humour mais surtout avec des mots qui savent toucher les jeunes. "Cette initiative avec Jhon Rachid connaît déjà un bon succès, car elle montre une image nouvelle et moderne de l’industrie, tout en restant réaliste. Nous allons certainement la reproduire avec d’autres youtubeurs', promet Bruno Grandjean.
 
Créer un écosystème favorable à l’industrie
 
Au-delà du programme Industrie du futur, le nouveau Président devra répondre aux industriels de la mécanique qui se posent des questions autour de l’innovation, de l’internationalisation, de la transmission d’entreprise, et bien sûr de la croissance. Ce dernier point tient à cœur du dirigeant. "Ce qui empêche les industriels de grandir, ce sont principalement les seuils d’effectifs et la fiscalité", regrette-t-il, visant entre autres la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), qui taxe la création de valeur avant que l’entreprise n’ait dégagé de bénéfice. "C’est antinomique avec les mesures pour favoriser l’investissement, il faut d'abord créer de la valeur avant de pouvoir la partager", lance Bruno Grandjean.
 
Autre taxe dans la ligne de mire du nouveau Président : la Cotisation foncière des entreprises (CFE), qui ne cesse d’augmenter dans des communes qui se targuent d’œuvrer en faveur de l’investissement. "Il va falloir aider à mettre du bon sens dans tout cela, pour que la cause nationale pour l’industrie se retrouve dans les faits", résume Bruno Grandjean. C’est sûr, les projets ne manquent pas pour le nouveau Président de la Fim…
 
Frédéric Parisot

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/06/2016 - 19h46 -

Industrie du futur : quel est le principal facteur de réussite et de compétitivité ? Quels sont les enjeux, les freins possibles ? Donnez-nous votre avis. Participez à l'étude ! Cliquez sur le lien ci-contre pour y participer : https://docs.google.com/forms/d/1NldWKc2PRai0oztc_pLJFKmftL2NPeROJb7DKM7PYpE/viewform?c=0&w=1
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte