Brittany Ferries met à l'eau son premier navire au GNL

[ACTUALISE] La compagnie bretonne de ferries Brittany Ferries, qui opère cinq lignes transmanche, met à l'eau vendredi 14 décembre le Honfleur, un ferry fonctionnant au GNL. Ce navire et la logistique GNL spécifique mise en place avec l'aide de Total ont représenté un investissement de 200 millions d’euros.

Partager
Brittany Ferries met à l'eau son premier navire au GNL

La compagnie transmanche Brittany Ferries (455 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016, avec un effectif moyen de 2800 salariés), met à l'eau vendredi 14 décembre son navire "Honfleur", qui sera propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL).

Long de 187 mètres, ce bateau devrait transporter jusqu'à 1 680 passagers, 550 voitures et 64 remorques, et disposer de 261 cabines, deux cinémas, des restaurants, bars, boutiques...

(photo: Britanny Ferries)

L'entreprise bretonne, qui a son siège à Roscoff (Finistère), avait présenté son futur ferry à Honfleur (Calvados) en juin 2017. Sa construction par le chantier allemand Flensburger Schiffbau-Gesellshaft ainsi que la logistique GNL mise en place représentaient un investissement de 200 millions d’euros, annonçait Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries.

Répondre au durcissement des règles

Le choix du GNL par Brittany Ferries est une réponse au durcissement des règlementations mondiales et européennes pour la teneur en soufre des carburants et à la volonté de réduire son empreinte environnementale, l’utilisation du GNL permettant en outre une réduction de l’empreinte CO2 et d’oxyde d’azote.

L’organisation maritime internationale a imposé aux armateurs de passer à un carburant à 0,1 % de soufre à l’intérieur des zones dites SECA (Sulphur Emission Control Area) au 1er janvier 2015. En Europe, la zone SECA comprend le secteur Manche/mer du Nord/ Baltique, le terrain de jeu de Brittany Ferries qui opère cinq lignes transmanche.

A cette réglementation mondiale, s’ajoute une "couche" de réglementation européenne (un taux de 1,5 %) pour les carburants utilisés par les navires à passagers hors zone SECA. Pour être complet sur ce sujet il faut rappeler qu’en 2020, l’ensemble de la flotte mondiale (ferries, cargos …) de la planète se verra appliquer un taux de 0,5 % (contre 3,5 % aujourd’hui).

Pour se conformer à cette réglementation, les armateurs font appels à différentes technologies. Depuis 2015, Brittany Ferries utilise deux solutions : des filtres à fumées pour ses navires fonctionnant au fuel lourd et du gasoil à 0,1 % de soufre.

Logistique GNL en partenariat avec Total

En présentant le "Honfleur" qui doit entrer en service en juin 2019 sur la ligne Ouistreham/Portsmouth (la plus grosse ligne de la compagnie avec un million de passagers sur un total de 2,7 millions), Brittany Ferries avait insisté sur la "solution originale et innovante" mise en oeuvre en exclusivité avec le groupe Total reposant sur l’embarquement de conteneurs de GNL à bord du navire. "Si le Honfleur n’est pas le premier navire fonctionnant au GNL, la logistique qui va être mise en œuvre est une première mondiale, a expliqué Frédéric Pouget, membre du directoire et directeur du pôle maritime de Brittany Ferries à l’Usine Nouvelle. Contraints par des temps d’escale très courts et faute d’installation de soutage en GNL dans les ports que nous desservons, nous créons nous même notre propre station-service en quelque sorte. Nous mettons en place une chaîne d’approvisionnement spécifique."

Concrètement, les conteneurs de GNL doivent quitter par semi-remorque et par la route, le terminal méthanier de Dunkerque jusqu’à Ouistreham. Les semi-remorques seront chargés sur le navire et les conteneurs transférés dans des emplacement spécifiques sur le navire à l’aide d’un portique spécialement conçu qui restera sur le navire. Le GNL sera stocké à bord dans un réservoir à l’arrière du navire au niveau du pont numéro 7 éloigné des zones passagers. Deux conteneurs vides seront déchargés à chaque escale et remplacés par deux pleins.

Une propulsion au diesel électrique

Le mode de propulsion du Honfleur - diesel électrique - est différent de celui des autres navires de Brittany Ferries qui fonctionnent en mode diesel mécanique. Le Honfleur sera propulsé par deux moteurs électriques entraînant deux hélices mues par quatre groupes électrogènes (au GNL) d’une puissance totale de 28 mégawatts.

En 2016, Brittany Ferries a transporté sur ses dix navires battant pavillon français, quelque 2,7 millions de passagers, 900 000 voitures et 200 000 camions. La compagnie emploie entre 2 400 et 3 200 salariés (dont 1 600 à 2 300 navigants), les variations étant liées à la saisonnalité de l’activité.

L’histoire de Brittany Ferries remonte à l’affrètement d’un premier navire chargé d’oignons et de pommes de terre entre Roscoff et Plymouth le 2 janvier 1973, c’est à dire 24 heures après l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun. En investissant dans la construction d’un nouveau navire, ce qu’elle n’avait pas fait depuis 2009, la compagnie se déclarait l'an dernier "confiante dans l’avenir en dépit des défis que pose le Brexit", avait déclaré Jean-Marc Roué.

Claire Garnier

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS