British Steel, repreneur d'Ascoval, placé en redressement

par Maytaal Angel et Costas Pitas
Partager
British Steel, repreneur d'Ascoval, placé en redressement
British Steel, repreneur désigné de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), a été placé mercredi sous administration judiciaire en Grande-Bretagne mais le deuxième sidérurgiste britannique va pouvoir poursuivre ses activités pendant qu'une réflexion est engagée sur son avenir. /Photo prise le 21 mai 2019/REUTERS/Scott Heppell

LONDRES (Reuters) - British Steel a été placé mercredi en redressement judiciaire en Grande-Bretagne, faute d'avoir obtenu le soutien financier espéré des autorités britanniques, mais le gouvernement français a assuré que cela ne remettait pas en cause la reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par le deuxième sidérurgiste britannique.

L'administrateur judiciaire a assuré que l'entreprise, dont dépendent quelque 25.000 emplois directs et indirects en Angleterre et au Pays de Galles, allait pouvoir poursuivre ses activités pendant qu'une réflexion était engagée sur son avenir.

"L'entreprise en liquidation poursuit son activité et fournit ses clients pendant que je réfléchis aux options la concernant. Le personnel a été payé et continuera à être employé", a-t-il ajouté.

Le ministre des Entreprises, Greg Clark, a pour sa part déclaré que le gouvernement s'efforcerait d'assurer l'avenir de British Steel dans les semaines à venir, ajoutant qu'il aurait été contraire à la loi de lui consentir un prêt.

Reuters a rapporté mardi que British Steel serait déclaré en faillite s'il n'obtenait pas une rallonge financière de 30 millions de livres (34 millions d'euros) de la part du gouvernement.

"Dans les jours et les semaines à venir, je vais m'atteler (...) sans relâche à explorer toutes les pistes possibles pour garantir l'avenir des activités importantes sur les sites de Scunthorpe, Skinningrove et Teesside", a dit Greg Clark.

L'opposition travailliste a appelé le gouvernement à nationaliser British Steel.

LES PRÉCÉDENTS DE GREYBULL

L'entreprise est détenue par la société de capital investissement Greybull Capital, qui a racheté l'entreprise déficitaire à Tata Steel en 2016 pour une livre symbolique. Le groupe emploie directement 5.000 personnes, essentiellement à Scunthorpe, dans le nord de l'Angleterre.

Il a été désigné début mai par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg comme repreneur d'Ascoval, qui était en redressement judiciaire depuis novembre 2017.

Pour le ministère français des Finances, le placement sous administration judiciaire de British Steel "n'inclut pas l’aciérie de British Steel Saint-Saulve qui est détenue par une autre société du groupe" et la maison-mère du sidérurgiste britannique "a confirmé sa capacité à mener à bien la reprise d’Ascoval et à apporter les fonds nécessaires dans le calendrier prévu."

En France, British Steel détient déjà une usine à Hayange en Moselle, spécialisée dans la fabrication de rails.

"Au vu des événements de ces dernières semaines, il est désormais évident que Greybull doit prendre la seule bonne décision possible : céder la place et laisser ceux qui sont attachés à notre industrie travailler pour sauver l'activité", a réagi dans un communiqué le syndicat britannique Unite.

Ce dernier a exhorté le gouvernement à utiliser toutes les options possibles pour garantir les actifs et rebâtir l'activité, ajoutant que le nettoyage des sites industriels de British Steel pourraient coûter plus d'un milliard de livres aux contribuables.

Ce n'est pas la première fois que Greybull, spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté, est impliqué dans des liquidations judiciaires. La société était propriétaire de la compagnie aérienne Monarch, qui a fait faillite en 2017.

L'Etat britannique avait alors été contraint de rapatrier les quelque 100.000 touristes coincés par cette faillite, ce qui lui avait coûté 60 millions de livres. Greybull avait également contribué au rachat du distributeur spécialisé dans l'électronique Comet avant que ce dernier ne mette la clé sous la porte en 2012.

UN SECTEUR FRAGMENTÉ

L'annonce du placement en redressement judiciaire de British Steel intervient moins de 10 jours après l'abandon du projet de fusion des activités sidérurgiques de Thyssenkrupp en Europe avec celles de l'indien Tata Steel, un projet qui aurait donner naissance au numéro deux du secteur, derrière ArcelorMittal.

L'abandon de ce projet laisse le secteur sidérurgique européen fragmenté et exposé à des retournements économiques. Cela remet aussi en cause l'avenir de la plus grande aciérie britannique à Port Talbot, au Pays de Galles, qui appartient à Tata Steel.

Les entreprises sidérurgiques britanniques s'acquittent des taxes "vertes" parmi les plus élevées d'Europe et sont également confrontées à d'importants coûts en main-d'oeuvre, en énergie et en logistique, tout en faisant face à des incertitudes sur le Brexit.

Après avoir dégagé un bénéfice en 2017, British Steel a supprimé l'an dernier environ 400 emplois, en raison notamment de la faiblesse de la livre et des incertitudes concernant le calendrier de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne qui, selon l'entreprise, a fait fondre son carnet de commandes.

La Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles a désigné des représentants du cabinet EY pour gérer British Steel parallèlement à la mission menée par l'administrateur judiciaire.

(Avec la contribution de Myriam Rivet à Paris, Bertrand Boucey et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Stagiaire - Inspecteur Equipements Sous Pression et TMD (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - Stage - Saint Genis Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

DATE DE REPONSE 17/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS