British Airways, Ryanair et easyJet dénoncent la quarantaine imposée en Grande-Bretagne

LONDRES (Reuters) - Les compagnies aériennes British Airways, Ryanair et easyJet ont adressé une lettre commune au gouvernement britannique, dont Reuters a obtenu une copie, pour protester contre les règles de quarantaine "totalement injustifiées et disproportionnées" qui seront imposées à partir de lundi à la plupart des passagers arrivant en Grande-Bretagne à bord d'un vol international.
Partager
British Airways, Ryanair et easyJet dénoncent la quarantaine imposée en Grande-Bretagne
Les compagnies aériennes British Airways, Ryanair et easyJet ont adressé une lettre commune au gouvernement britannique, dont Reuters a obtenu une copie, pour protester contre les règles de quarantaine "totalement injustifiées et disproportionnées" qui seront imposées à partir de lundi à la plupart des passagers arrivant en Grande-Bretagne à bord d'un vol international. /Photo prise le 31 mars 2020/REUTERS/Toby Melville

Ces compagnies affirment que cette mesure freinera la reprise du transport aérien après la quasi-paralysie provoquée par les confinements imposés à travers le monde par la pandémie liée au nouveau coronavirus.

A partir du 8 juin, toute personne arrivant en Grande-Bretagne devra respecter un isolement de 14 jours et préciser son lieu de résidence durant cette période.

Dans leur "lettre de protocole préalable à une action", ce qui signifie qu'elle pourrait ouvrir la voie à une procédure judiciaire, British Airways, Ryanair et easyJet reprochent au gouvernement de ne pas avoir apporté de justification à cette mesure.

"L'effet est d'instaurer une restriction totalement injustifiée et disproportionnée sur les personnes entrant en Angleterre (et discutablement le Royaume-Uni) et signifiera inévitablement qu'il y aura une très faible augmentation du nombre de personnes quittant et entrant dans le pays", est-il écrit dans cette lettre.

Le gouvernement a précisé que cette quarantaine serait appliquée dans toute la Grande-Bretagne mais que sa mise en oeuvre, et les sanctions associées, dépendraient des exécutifs autonomes.

Willie Walsh, le directeur général d'IAG, maison-mère de British Airways, a déclaré que le secteur aérien n'avait pas été consulté avant la création de cette mesure et qu'un recours juridique était à l'étude.

(Kylie MacLellan; version française Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS