Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Brexit] Bolloré et Gefco sont prêts mais restent dans le flou

Publié le

Les deux transitaires de transport s’inquiètent de manque d’informations sur les futures formalités liées au Brexit.

[Brexit] Bolloré et Gefco sont prêts mais restent dans le flou
Gefco s'inquiète du manque d'informations pour le transport des marchandises après le Brexit.
© Gefco

Sur le plan technique, les grands transitaires du transport s’estiment prêts pour un Brexit sans accord le 29 mars. "Nous avons embauché une trentaine de personnes pour réaliser les opérations en douane", explique Olivier Thouard, le directeur des affaires douanières de Gefco. Le Brexit aura pour effet d’augmenter de 50 % les déclarations dans notre activité automobile".

Bolloré Transport & Logistics a également renforcé ses moyens en puisant dans sa "pépinière douane", un vivier de formation interne. "Chaque année, nous réalisons un million de déclarations, le Brexit devrait en occasionner de 100 à 200 000 supplémentaires", a expliqué Stéphane Hamouche, son homologue du groupe Bolloré à l’issue d’une matinée Brexit organisée le 14 mars par le syndicat professionnel TLF Overseas.

Ils redoutent néanmoins un engorgement des ports et du tunnel sous la Manche." Le gros souci, c’est de faire savoir à nos clients que toutes les déclarations devront se faire en amont  de façon numérique, sinon la marchandise sera bloquée à la frontière", continue Olivier Thouard, animateur du groupe de travail Brexit chez TLF. Tous s’accordent pour dire qu’il y a "un gros travail d’information à faire à l’échelle de l’Europe".

Chevaux vivants congelés

Même si les organisateurs de transports parient désormais sur un report de la date, à J-15, la cacophonie et l’incertitude britanniques restent la principale source de stress "quant au process et processus à mettre en place", souligne Stéphane Hamouche.

Surtout quand les Anglais cafouillent en vue du scénario du no deal. Dans la soirée du 13 mars, Londres a adressé au ministère de l’Agriculture une cinquantaine de fiches type de déclaration d’importation d’animaux vivants, réalisées à la va-vite. "Celle consacrée aux chevaux vivants demande s’ils sont transportés sous température dirigée ou congelés", s’amusent les dirigeants de TLF overseas. Un peu d’humour ne fait pas de mal pour détendre l’atmosphère. 
 

Marc Fressoz
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle