Brevets : Google élargit son outil de recherche d'antériorité à l'Europe

La firme de Mountain View met à jour son moteur de recherche de brevets. Il intègre désormais les brevets européens de l'EPO et bénéficie d'une nouvelle fonction de recherche d'art antérieur. Cet outil gratuit peut s'avérer plus que jamais intéressant pour une entreprise cherchant à évaluer la valeur d'un brevet. Mais il ne remplace pas l'analyse d'un spécialiste en propriété industrielle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Brevets : Google élargit son outil de recherche d'antériorité à l'Europe

Depuis 2006, Google propose un moteur de recherche, baptisé Google Brevets, couvrant l'intégralité des textes de brevets américains. Cet outil évolue aujourd'hui en prenant désormais en compte la base de données de l'Office européen des brevets (EPO). "Nous nous félicitons de cette initiative de Google qui va favoriser l'accès à notre vaste collection de d'information, qui compte quelque 72 millions de documents relatifs aux brevets européens", indique l'EPO. L'organisme européen est déjà partenaire du géant américain du net. Depuis février 2012, le service de traduction, Google Translate, permet de traduire les brevets européens en une demi-douzaine de langues.

À l'occasion de son ouverture au Vieux Continent, Google Brevets s'étoffe également d'une nouvelle fonction baptisée : "Prior Art Finder". Elle permet de lancer une recherche sur l'art antérieur lié à une invention dans plusieurs sources. L'analyse est bien entendu effectuée dans l'index de Google Brevets, mais aussi dans celui de Google Scholar, service regroupant les publications de travaux universitaires. La recherche prend également en compte le contenu de Google Books, la bibliothèque de livre numérique de Google. Enfin, une requête est lancée sur le moteur de recherche général de Google, donc sur tout le reste du web.

"Afin d'expliquer en quoi une invention est nouvelle, les inventeurs doivent analyse l'art antérieur, dans des documents allant des demandes de brevet aux articles de journaux. Déterminer la nouveauté d'un brevet peut être difficile et nécessiter une recherche laborieuse auprès de nombreuses sources. C'est pourquoi nous avons développé cette fonction Prior Art Finder afin de rendre cette procédure plus facile", indique Jon Orwant, ingénieur chez Google, sur le blog officiel de la firme de Mountain View.

Un outil pratique mais insuffisant

"Avec cette fonction de recherche de l'art antérieur, Google Brevets est un outil intéressant, qui peut être utile dans le cadre d'une analyse de la valeur d'un brevet par exemple", commente pour L'Usine Nouvelle, Alain Michelet, vice-président de la CNCPI, la Compagnie nationale des conseils en propriété industrielle. L'organisation regroupe l'ensemble des conseils en propriété industrielle en France.

"Mais il possède ses limites", remarque Alain Michelet. "La recherche de Google ne couvre pas les documents papiers non numérisés, qui sont tout aussi importants et peuvent constituer des éléments d'antériorité. Il peut s'agir d'un livre ou même d'un simple poster utilisé lors d'une conférence scientifique. Seul un spécialiste de la propriété industrielle peut réellement couvrir toutes ces sources. Leur avis reste incontournable."

Autre bémol : "La recherche utilise un algorithme sur lequel Google n'est absolument pas transparent". Enfin : "Google Brevets nécessite une référence de brevet pour pouvoir lancer la recherche d'antériorité. Cet outil ne peut donc servir à l'étude d'une invention encore non protégée, pour préparer sa demande de brevet".

Même son de cloches du côté de l'EPO. "Même si certaines fonctionnalités de Google Brevets sont intéressantes, ce n'est pas un outil complet pouvant remplacer tous les autres, et il n'est pas destiné à l'être", estime l'office européen.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS