Quotidien des Usines

Bretagne

, , , ,

Publié le


48 projets
annoncés ou achevés entre mi-2001 et mi-2002, soit 3.0 % du total France.

421,2 millions d'euros engagés, soit 1.0 % du total France.

2 027 emplois envisagés à terme, soit 3.1 % du total France.


> Mini-portrait

> 8 investissements marquants

> 4 points noirs

> Les autres investissements


Vive les valeurs sûres


· L'agroalimentaire et, dans une moindre mesure, l'automobile, restent les principaux moteurs de l'économie locale.

· Les technologies liées aux télécommunications génèrent d'importantes difficultés conjoncturelles.

Un fait est acquis, l'agroalimentaire reste le secteur industriel " phare " de la région, qui bénéficie toujours du développement d'activités à valeur ajoutée. Et ce principalement dans la transformation de la viande et du poisson. Pour conquérir de nouveaux marchés, ces usines sont en effet tenues d'innover et de diversifier leurs productions, qui ont longtemps privilégié une politique de volumes. Si les PME investissent, les plus importants chantiers se concentrent dans des filiales de groupes, comme Intermarché. Très engagé dans l'agroalimentaire, le distributeur a lancé les travaux d'une pâtisserie industrielle de 4,57 millions d'euros. Située à Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine), elle produira l'an prochain 2 000 tonnes de gâteaux frais.

Egalement dans le giron d'Intermarché, la SVA annonce la création d'une usine d'incinération et de valorisation des déchets, et se prépare à construire une unité d'aliments pour chiens et chats, un marché en pleine expansion.
Quant au complexe d'abattage et de transformation Kermené, dans les Côtes-d'Armor, filiale du groupe Edouard Leclerc, il se développe également avec l'installation d'une plate-forme de distribution de charcuteries fraîches et le démarrage des travaux d'une usine de produits élaborés de viandes découpées, pour 14 millions d'euros.

L'automobile, l'autre fer de lance
Cependant, l'équilibre économique de la Bretagne s'est aussi construit autour de l'automobile avec PSA Peugeot Citroën. Pour faciliter la production des futurs modèles, l'unité rennaise, d'une capacité quotidienne de 1 700 véhicules, a entamé l'extension sur 40 000 mètres carrés de ses bâtiments. Considérée par le constructeur comme l'une de ses principales plates-formes de fabrication, le site de 9 000 salariés continue de s'entourer d'une kyrielle de sous-traitants et d'équipementiers de proximité. Ainsi, le nord-américain Visteon vient-il de lancer la réalisation d'un centre logistique, où seront créés 200 emplois.

Repositionner la région en Europe
Ce nouveau créneau de la logistique est aussi une réponse à l'éloignement de la Bretagne des principaux pôles européens de consommation. En périphérie rennaise, les projets de construction de plates-formes pour optimiser les stockages et les livraisons se multiplient notamment chez Carrefour qui se crée un ensemble de 20 000 mètres carrés dans les Côtes-d'Armor. Le transporteur Ziegler Atlantique fait de même dans le Morbihan alors que la Communauté de Communes de Carhaix, dans le Finistère, prend le risque d'investir 4,57 millions d'euros dans un équipement de 10 000 mètres carrés pour attirer sur ses terres de nouvelles entreprises.
Ces différents projets n'arriveront pas à gommer les conséquences salariales des difficultés des télécommunications avec la fermeture de l'usine Mitsubishi Electric (Ille-et-Vilaine), et celle probable d'Alcatel Optronics (Côtes d'Armor). Quant à Highwave Optical Technologies et les autres fabricants d'équipements pour les réseaux de fibres optiques, également basés à Lannion, ils font profil bas depuis plusieurs mois. Les technopôles ne sont pas épargnées, notamment Rennes Atalante où le nord-américain Acterna a fermé son centre de recherche (40 personnes), quand les bruits les plus alarmistes courent sur le centre de développement de logiciels de Mitsubishi où travaillent encore plus de 200 ingénieurs et cadres.

Stanislas DU GUERNY


MINI-PORTRAIT

Antony Le Saffre, président de Plastimo à Lorient (56)
 

Plastimo à la place des sous-marins


Antony Le Saffre préside une entreprise d'accastillage, dont les marchés internationaux nécessitent d'importantes zones de stockage. Au lieu de construire une plate-forme logistique à Lorient (56) où se situent l'unité industrielle et le siège social, le dirigeant a proposé à la municipalité de s'installer dans une partie des bâtiments de l'ex-base sous-marine de la ville.
L'arrivée de Plastimo sur ce site a été l'élément déclencheur de la reconversion de la base militaire. Elle accueille désormais le chantier naval Catana (catamarans), mais aussi l'équipe du " Défi Français " constituée de 80 personnes embauchées pour la préparation des voiliers à la prochaine America's Cup. D'autres entreprises sont attendues sur ce site de 25 hectares qui, aujourd'hui, se spécialise exclusivement dans les sociétés intervenant dans la " course au large ".



8 INVESTISSEMENTS MARQUANTS
 
SVA (Intermarché, France)

Agroalimentaire
Valorisation des sous-produits

L'entreprise d'abattage et de transformation de viandes - bovins et porcs - lance la construction à Vitré (35), d'ici au second semestre de 2003, d'une usine de conserves pour chiens et chats. 10 millions d'euros seront engagés dans ce site, avec à la clé une quarantaine d'emplois. La Société Vitréenne d'Abattage (SVA) engagera 35 millions d'euros sur la même période dans un incinérateur de farines animales.

Unicopa (France)
Agroalimentaire
Une nouvelle fromagerie

Le groupe coopératif investit 13,7 millions d'euros, d'ici à l'automne, dans une fromagerie industrielle, spécialisée dans l'emmenthal. Basée à Guingamp (22), cette usine, d'une capacité annuelle de 8 000 tonnes, complétera les deux autres unités du groupe à Carhaix (Finistère) et Loudéac (Côtes d'Armor). Elle nécessitera l'embauche d'une quarantaine de personnes.

SBS (Smithfield, Etats-Unis)
Agroalimentaire
Augmentation de capacité

12,11 millions d'euros d'investissements sont prévus dans les deux usines du Finistère du géant de la transformation porcine d'ici à décembre 2002. 3,81 millions d'euros sont consacrés à l'extension des capacités de la Société Bretonne de Salaisons (SBS) à Lampaul-Guimiliau, et 4,5 millions viennent d'être engagés dans la construction d'un atelier de 1 200 mètres carrés pour l'usine Jean d'Erguet à Quimper, qui profite aussi d'une autre enveloppe de 3,8 millions d'euros pour des achats d'équipements.

PSA Peugeot Citroën (France)
Automobile
Des ateliers pour de nouveaux modèles

Pour assurer la production de nouveaux véhicules de haut de gamme des marques Peugeot et Citroën, l'usine de La Janais à Chartres-de-Bretagne (35), investit 24 millions d'euros d'ici à début 2003 dans 40 000 mètres carrés de bâtiments pour les ateliers d'emboutissage et de peinture. Ils s'ajouteront aux 700 000 mètres carrés existants. L'objectif du constructeur est d'améliorer la productivité de l'usine.

Visteon (Etats-Unis)
Automobile
Un équipementier proche de PSA

30 millions d'euros sont investis dans un bâtiment de 16 000 mètres carrés que Visteon utilisera près de l'usine de PSA Peugeot Citroën La Janais à Rennes pour ses approvisionnements en flux synchrone de panneaux de porte. D'ici à début 2003, le groupe américain s'installe, en effet, sur la nouvelle zone d'activités de Chartres-de-Bretagne (35) que l'agglomération Rennes Métropole dédie exclusivement aux équipementiers du constructeur français. Le renforcement en Bretagne de Visteon s'accompagnera de la création de plus de 200 emplois.

Bonneterie d'Armor (Armor Lux, France)
Textile
Une nouvelle usine... au sec

6 millions d'euros sont engagés dans la création du site industriel de La Bonneterie d'Armor à Quimper (29), plus connue sous sa marque " Armor Lux ". Il est destiné à remplacer l'ancien atelier textile régulièrement frappé par les inondations de ces dernières années. L'ensemble des 200 salariés de l'ancien site seront transférés dans la nouvelle unité d'ici à novembre 2002.

Giannoni (Italie)
Mécanique
De fortes ambitions pour ce spécialiste du génie thermique

Le fabricant d'équipements de génie thermique augmente de 4 340 mètres carrés d'ici au second semestre de 2002, la surface de son usine de Morlaix (29) grâce à un investissement de 4 millions d'euros. 12 emplois vont être créés qui s'ajouteront aux 150 existants. Mais, la filiale du groupe italien envisage une tranche supplémentaire pour son usine. Ce projet se concrétisera en 2003 et portera sur 20 000 mètres carrés de nouveaux bâtiments industriels.

Bolloré (France)
Electrotechnique
Des batteries pour les voitures électriques

A côté de son usine de films plastiques transparents en propylène, le groupe Bolloré achève à Ergué-Gabéric (29), la construction d'une usine de batteries au lithium pour les voitures électriques et hybrides fonctionnant en bi-énergie. L'investissement de 7,6 millions d'euros, opérationnel cet été, est réalisé en partenariat avec EdF, associé à Bolloré dans ce vaste projet qui créera, dans un premier temps, une cinquantaine d'emplois. L'usine sera doublée à moyen terme.

 


4 POINTS NOIRS

Citation

Eric Delevaque, président du directoire d'Highwave Optical Technologies

" Si nous avons été très touchés par la crise mondiale des télécommunications, nous misons sur l'amorce d'une reprise du marché à partir du second semestre de 2002 ".

· Mitsubishi Electric à Etrelles (35) ferme son usine de téléphones mobiles et transfère ses activités en Chine. Les 800 collaborateurs de cette unité ont été licenciés. Les bâtiments industriels laissés vacants devraient être occupés par d'autres entreprises au cours des prochains mois.

· Highwave Optical Technologies à Lannion (22) a procédé, au cours des douze derniers mois, au licenciement de près de 600 collaborateurs. Cette jeune entreprise, spécialisée dans les composants optiques pour les télécommunications à haut débit, a ramené son effectif à 200 personnes, essentiellement des ingénieurs et cadres.

· Bastide Electronique à Morlaix (29) née d'un essaimage de Thomson-CSF, est en redressement judiciaire. La PMI de 200 salariés mise sur des repreneurs pour poursuivre ses activités d'électronique, en partie sous contrat avec son donneur d'ordres Thales.

· La Cristallerie de Haute Bretagne à Fougères (35) a été liquidée au printemps de 2002. Cette entreprise de 92 salariés était spécialisée dans les verres de table soufflés à la bouche. Elle n'a pas résisté aux 35 heures, ni à la concurrence des pays de l'Est.

· Alcatel Optronics à Lannion (22) se donne dix-huit mois pour totalement reconvertir son usine qui abandonne ses activités initiales de fabrication de fibres optiques pour les télécommunications. L'avenir des 320 salariés de cette usine est donc suspendu aux réussites éventuelles de diversification engagées dans le médical, l'automobile... ou d'autres créneaux de l'électronique. En cas d'échec, l'usine sera vendue ou fermée.




LES AUTRES INVESTISSEMENTS
 

Aéronautique-Armement-Construction Navale

Port de Brest (CCI, France)
36,13 millions d'euros

Brest (29)
Amélioration des infrastructures de réparation navale.
2003-2004
100 emplois

Catana (France)
10,82 millions d'euros

Lorient (56)
Outil de fabrication de catamarans de plaisance.
2002-2003
180 emplois

Multiplast (France)
4 millions d'euros

Vannes (56)
Agrandissement du chantier naval.
2002-2003
30 emplois sur trois ans


Agroalimentaire

Kermené (Edouard Leclerc, France)
14 millions d'euros

Saint-Jacut-du-Mené (22)
Plate-forme logistique de distribution et unité de valorisation de la viande fraîche découpée pour ce groupe d'abattage et de transformation de la viande bovine et porcine.
Fin 2002
40 emplois

Le Gouessant (France)
11,6 millions d'euros

Lamballe (22)
Unité de transformation de pommes de terre.
2002-2003
50 emplois

Cooperl (Cooperl-Hunaudaye, France)
10 millions d'euros

Lamballe (22)
Extension des unités de viandes élaborées de cet abattoir de porcs et augmentation du nombre des équipements pour améliorer la productivité.
D'ici à début 2003
100 emplois

Brient (France)
8,84 millions d'euros

Antrain-sur-Vilaine (35)
Usine de boudins.
Opérationnel depuis fin 2001
20 emplois

Loudéac Viandes (France)
7,62 millions d'euros

Loudéac (22)
Modernisation de l'abattoir de porcs.
Courant 2002
50 emplois

Tallec (Ducatel, France)
6,1 millions d'euros

Bannalec (29)
Salaisonnerie.
D'ici à début 2003
20 emplois

Bernard (Groupe Floc'h-Marchand, France)
6 millions d'euros

Locminé (56)
Modernisation de l'abattoir de porcs.
2003
20 emplois

Degussa Texturant Systems (Degussa, Allemagne)
5 millions d'euros

Redon (35)
Amélioration des conditions de traitement des rejets de ce fabricant de pectines de fruits.
Mise en service second semestre 2002

Triballat (France)
5 millions d'euros

Noyal-sur-Vilaine (35)
Transfert d'une fromagerie.
D'ici à mi-2003

Fromapac (France)
4,7 millions d'euros

Châteaubourg (35)
Usine de conditionnement de fromages.
2002-2003
30 emplois

Intermarché (France)
4 millions d'euros

Martigné-Ferchaud (35)
Pâtisserie industrielle de 7 000 mètres carrés, d'une capacité de 1 200 tonnes par an de gâteaux.
D'ici à début 2003
200 emplois

LDC (France)
3,5 millions d'euros

Lanfains (22)
Salle de découpe et de conditionnement de vollailles.
Fin 2002

Took Took (France)
3,05 millions d'euros

Plouigneau (29)
Unité de 3 000 mètres carrés pour ce fabricant de nems et autres recettes asiatiques.
2002
20 emplois

Mix'Buffet (France)
3 millions d'euros

Guer (56)
Centre de stockage des salades composées et fraîches.
Fin 2002
50 emplois

Caugant (France)
3 millions d'euros

Rosporden (29)
Automatisation des lignes de fabrication de salades fraîches.
D'ici à janvier 2003

Etablissements Abera (Glon Sanders, France)
2 millions d'euros
Saint-Brice-en-Coglès (35)
Augmentation de la productivité de cet abattoir de porcs.
Fin 2002


Automobile

Le Joint Français (Hutchinson/Total Fina Elf, France)
2,5 millions d'euros

Saint-Brieuc (22)
Augmentation des capacités de production de ce fabricant de pièces de caoutchouc de précision, notamment pour le secteur de l'automobile.
Mise en service au second semestre 2002


Chimie-Pharmacie

Yves Rocher (France)
15,24 millions d'euros

La Gacilly (56)
Plate-forme logistique, de stockage et de distribution de parfums, produits de beauté, savons et lotions au siège industriel du groupe.
Ouverture novembre 2002
150 emplois

Panpharma (France)
4,57 millions d'euros

Fougères (35)
Augmentation des capacités de production de médicaments génériques.
Fin 2002
10 emplois

Secma (Roullier, France)
3,05 millions d'euros

Pontrieux (22)
Augmentation des capacités de l'unité de principes actifs pour la cosmétologie.
Premier semestre 2003


Environnement

Val'Ouest (France)
22,6 millions d'euros

Milizac (29)
Usine de traitement du lisier, d'une capacité de 350 000 tonnes par an (sous réserve des autorisations publiques d'exploitation).
2003-2004
20 à 30 emplois

Ar. Val (France)
3,2 millions d'euros

Theix (56)
Unité de production de machines pour le tri sélectif des déchets ménagers.
Mi-2003
5 emplois

Fertival (Cooperl-Hunauday, France)
3 millions d'euros

Quintenic (22)
Extension de l'usine de traitement des déjections animales.
2003-2004
10 emplois


Matériaux-Bois-Papier

Plasticma Injection (Procopi, France)
3,05 millions d'euros

Guingamp (22)
Extension de l'usine de pièces pour les piscines.
2002-2003
10 emplois (courant du premier semestre de 2003)

Dolmen (Hilzinger, France)
2,29 millions d'euros

Saint-Carné (22)
Unité de fabrication de portes et fenêtres en PVC.
Mise en service début 2002
10 emplois


Mécanique-Equipement de Production

Stechmo (France)
4,1 millions d'euros

Etrelles (35)
Ouverture d'un site de découpe de pièces métalliques, dans une partie de l'ex-usine Mitsubishi (en vue de sa ré-industrialisation).
2002-2004
100 emplois

SBFM (Teksid/Fiat, Italie)
2 millions d'euros

Caudan (56)
Amélioration des process de cette fonderie industrielle.
2002


Télécommunications

Télétech International (France)
2 millions d'euros

Bruz (35)
Centre d'appels.
2002-2003
100 emplois sur deux ans


Transport-Distribution-Logistique

Gicram (France)
36,59 millions d'euros

Montauban-de-Bretagne (35)
Plate-forme logistique de 50 000 mètres carrés.
2003
100 emplois

Système U Ouest (France)
11,89 millions d'euros

Plaintel (22)
Extension de la plate-forme de distribution des produits vers mes magasins U.
D'ici à début 2003
50 emplois

Logidis (Carrefour, France)
5 à 6 millions d'euros

Saint-Brieuc (22)
Plate-forme de 23 000 mètres carrés couverts pour assurer la distribution de boissons vers les magasins du grand Ouest appartenant à l'enseigne.
Fin 2002
40 emplois

Communauté de Communes de Carhaix
4,5 millions d'euros

Carhaix (29)
Plate-forme logistique de 10 000 mètres carrés.
2002-2003
50 à 100 emplois

Financière Saint-Louis (France)
4 millions d'euros

Ploermël (56)
Plate-forme logistique de 3 000 mètres carrés, spécialisée dans les produits surgelés.
2002
20 emplois

Carrefour (France)
3 à 4 millions d'euros

Bain-de-Bretagne (35)
Plate-forme logistique.
2002-2003
40 emplois

Transports Groussard (France)
3,05 millions d'euros

La Selle-en-Luitré (35)
Plate-forme logistique.
Opérationnel mi-2002
20 emplois

TECL (France)
2 millions d'euros

Pont-de-Buis (29)
Plate-forme logistique.
D'ici à mi-2003
10 emplois

Conserverie Minerve (France)
1,8 million d'euros

Quimperlé (29)
Plate-forme logistique pour cette conserverie de germes de soja, châtaignes et produits asiatiques.
2002


Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte