Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Brésil/Présidentielle: Enquête sur l'utilisation des services de messagerie

Publié le

BRASILIA (Reuters) - Le tribunal suprême électoral du Brésil a approuvé vendredi l'ouverture d'une enquête sur les accusations portées contre le candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle, Jair Bolsonaro, d'utiliser l'application WhatsApp pour diffuser des messages publicitaires à caractère politique.

Brésil/Présidentielle: Enquête sur l'utilisation des services de messagerie
Le tribunal suprême électoral du Brésil a approuvé vendredi l'ouverture d'une enquête sur les accusations portées contre le candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle, Jair Bolsonaro, d'utiliser l'application WhatsApp pour diffuser des messages publicitaires à caractère politique. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic
© Dado Ruvic

Le candidat du Parti des travailleurs (PT, gauche), Fernando Haddad, a accusé jeudi son adversaire de mobiliser des chefs d'entreprises pour mener une campagne publicitaire massive via les services de messagerie en infraction avec les règles de financement de la vie politique.

Jair Bolsonaro, arrivé largement en tête du premier tour du scrutin et grandissime favori du second tour prévu le 28 octobre, a nié ces accusations.

Haddad et son équipe s'appuient sur les révélations du quotidien Folha de S.Paulo, qui a rapporté que des soutiens fortunés de l'ancien officier avaient versé chacun jusqu'à 12 millions de réais (3,25 millions de dollars environ) pour faire diffuser via l'application WhatsApp des dizaines de milliers de messages publicitaires à caractère politique.

Dans une interview accordée à une radio brésilienne, Haddad a affirmé que son parti était en relation avec des témoins qui disent avoir entendu Bolsonaro demander à des chefs d'entreprise, lors d'un dîner à Sao Paulo, de financer cette campagne, ce qui équivaut, selon le candidat du PT, à des financements non déclarés.

L'équipe de campagne du candidat du Parti social-libéral, a-t-il ajouté, "a créé une véritable organisation criminelle avec des hommes d'affaires qui se servent d'argent non déclaré pour financer de faux messages sur WhatsApp".

Les avocats du Parti des travailleurs ont réclamé aux procureurs et à la police fédérale d'ouvrir une enquête. Haddad a demandé pour sa part à WhatsApp de mener ses propres vérifications.

WhatsApp, filiale de Facebook, a déclaré vendredi avoir pris des mesures immédiates pour empêcher les compagnies d'envoyer des messages publicitaires à caractère politique, notamment par l'envoi de lettres de mise en demeure à destination de ces sociétés.

Une porte-parole de WhatsApp avait dit jeudi que la messagerie a "supprimé des centaines de milliers de comptes depuis le début de la campagne électorale".

Selon la dernière enquête d'opinion, Bolsonaro a accru son avance sur Haddad et est crédité de 59% des voix, contre 41% pour son rival, pour le second tour du scrutin.

Bolsonaro a remporté 46% des voix au premier tour, le 7 octobre dernier, contre 29% pour Haddad.

(Jake Spring et Ricardo Brito; Jean Terzian pour le service français)

inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle