Brésil: Les comptes Twitter de partisans de Bolsonaro fermés sur décision de justice

BRASILIA (Reuters) - Facebook et Twitter ont supprimé vendredi les comptes de plusieurs partisans éminents du président brésilien Jair Bolsonaro sur ordre de la Cour suprême du pays, une décision qui souligne la position délicate des réseaux sociaux dans certaines des plus importantes juridictions mondiales.
Partager
Brésil: Les comptes Twitter de partisans de Bolsonaro fermés sur décision de justice
Facebook et Twitter ont supprimé vendredi les comptes de plusieurs partisans éminents du président brésilien Jair Bolsonaro sur ordre de la Cour suprême du pays, une décision qui souligne la position délicate des réseaux sociaux dans certaines des plus importantes juridictions mondiales. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

Le juge Alexandre de Moraes a ordonné la suppression de 16 comptes Twitter et de 12 comptes Facebook, alors qu'une enquête est en cours sur une campagne présumée de désinformation menée par des partisans du dirigeant d'extrême droite.

Cette enquête vise notamment à déterminer si la diffusion de "fausses nouvelles" et de menaces contre des représentants de la Cour suprême est financée de manière illicite.

Parmi les propriétaires des comptes supprimés figurent entre autres Roberto Jefferson, ancien parlementaire et président du Parti travailliste brésilien (PTB, conservateurs), et plusieurs hommes d'affaires.

Le juge Moraes avait ordonné en mai que l'accès à ces comptes soit bloqué, sans que ceux-ci ne soient alors supprimés.

Dans une décision distincte vendredi, il a expliqué vouloir empêcher les comptes d'être "utilisés comme moyens d'une possible conduite criminelle".

Facebook et Twitter ont expliqué s'être pliés à la décision de justice.

La réaction des conservateurs a été rapide. Dans un communiqué, le PTB s'est dit surpris de cette nouvelle "mesure arbitraire" qui "nuit à la liberté d'expression et d'opinion (de Jefferson) sur les réseaux sociaux".

Jair Bolsonaro n'a pas communiqué dans l'immédiat sur cette décision. Il a par le passé dénoncé l'enquête sur les soupçons de désinformation, disant y voir une violation grave de la liberté de parole.

(Ricardo Brito et Lisandra Paraguassu; version française Jean Terzian)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS