Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Brésil 2014 : Serge Ferrari couvre les stades du Mondial avec ses matériaux composites

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Grâce à ses matériaux composites souples, le chimiste isérois Serge Ferrari a été sélectionné pour couvrir les enceintes de trois stades au Mondial de football au Brésil.

Brésil 2014 : Serge Ferrari couvre les stades du Mondial avec ses matériaux composites © Canindé Soares

Etre sélectionné pour participer à la conception de trois stades du Mondial de Football au Brésil"C’est comme pour les sportifs, c’est un travail de longue haleine !", reconnaît Françoise Fournier, responsable Toitures tendues et Grands projets chez Serge Ferrari. Le spécialiste français des matériaux composites souples a réalisé les couvertures de trois enceintes, dont la façade microclimatique vert cactus du fameux stade Arena Pantanal.

Pour lui, deux points ont fait la différence. L’entreprise s’est récemment renforcée au Brésil, où elle exportait de son siège isérois depuis une quinzaine d’années. Problème, ce marché incontournable présentait d’importantes barrières administratives et douanières. "Après avoir ouvert un bureau de représentation de cinq personnes il y a cinq ans, nous avons obtenu l’an dernier une licence d’importation, qui n’est accordée qu’aux entreprises ayant fait leurs preuves dans le pays et montré leur sérieux", explique Françoise Fournier. Au Brésil, "nous sommes en concurrence avec les producteurs nationaux sur les composites plus légers, les petites voiles d’ombrage. Mais pour des enveloppes de bâtiment conçues pour durer trente ans et plus - des produits à forte valeur ajoutée -, nous affrontons une concurrence européenne et américaine."

Des composites résistant aux ambiances tropicales

Le chimiste a dû démontrer que ses produits pouvaient résister à des ambiances tropicales, en développant des formules adaptées pour le Brésil et la zone Asie-Pacifique. A Cuiabá, ville d’Amazonie la plus chaude du Brésil qui accueille le stade Arena Pantanal, il a dû composer avec la chaleur et l’humidité. Un cocktail qui favorise le développement de micro-organismes pouvant attaquer ses composites… Or la couverture qu’il a mise au point sur une structure métallique doit à la fois assurer la protection visuelle et thermique des spectateurs, garantir la ventilation de l’édifice et permettre le passage de l’eau évaporée des bassins situés à proximité immédiate des tribunes !

Sur les starting blocks pour les prochains Jeux Olympiques...

D'après l'entreprise française, une autre raison lui a permis de se distinguer. "En parallèle, nous étions connus des grands concepteurs, bureaux d’étude et architectes comme Populous, qui travaillent sur ces stades géants pour les grands évènements mondiaux", raconte Françoise Fournier. Aux Jeux Olympiques de Londres, Serge Ferrari avait installé plus de 400 000 mètres carrés. La problématique était autre : certains bâtiments devaient être déconstruits ou réduits en dimension. Il fallait que ses matériaux s’y prêtent, voire soit recyclables si aucune autre application n’était prévue. Un défi relevé grâce au partenariat avec le chimiste belge Solvay, son fournisseur de PVC. "Sur ce genre de grands événements, les organisateurs doivent faire preuve de responsabilité environnementale et sont aujourd'hui dans le collimateur des organisations environnementales, précise Françoise Fournier. Ils doivent prouver qu’ils choisissent en amont des matériaux qui se recyclent, qu’ils peuvent faire des bâtiments adaptables : nous sommes bien dans ce cahier des charges là."

Pas question d’en rester là. Les matériaux du français ont déjà servi à la couverture du stade de Nice Allianz Riviera - un des plus beaux stades de l’Euro 2016 qui se tiendra en France - et couvriront bientôt le nouveau stade de l’Olympique Lyonnais. Quand aux prochains Jeux Olympiques, qui se dérouleront à nouveau au Brésil en 2016, Serge Ferrari se prépare déjà à la compétition avec ses concurrents : "nous travaillons pour bien nous positionner !"

Gaelle Fleitour

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle