Brésil 2014 : le ballon de foot de la Coupe du monde testé en soufflerie

Un robot shooteur, une caméra rapide, et une soufflerie pour les études aérodynamiques : des chercheurs japonais ont déployé les grands moyens pour - enfin - comprendre comment la forme du ballon explique les performances décevantes de certains joueurs…

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Brésil 2014 : le ballon de foot de la Coupe du monde testé en soufflerie

Le ballon de foot a 32 faces : 20 de formes hexagonales, 12 de formes pentagonales. Mais ça, c’est le ballon traditionnel. Car il existe aujourd’hui bien d’autres variantes. Des ballons à 6 faces, à 8 faces, à 14 faces… Ce qui permet aux joueurs d’incriminer le ballon quand leurs passes ou leurs tirs n’ont pas le résultat escompté. Ce type de plainte est plus fréquent, semble-t-il, au sein des équipes qui ont perdu un match.

Pour en avoir le cœur net, des chercheurs de l’université de Tsukuba, au Japon, ont testé rigoureusement toutes sortes de ballons. Ils ont pour cela installé un robot shooteur dans le tunnel d’une soufflerie, et observé les trajectoires des ballons à l’aide d’une caméra rapide. Leur objectif était d’établir si, oui ou non, la forme et le nombre de faces d’un ballon ont une influence sur leur trajectoire. Les ballons étaient projetés par le robot sans rotation, mais en faisant varier l’orientation initiale des faces, afin de tester leur effet sur l’aérodynamisme.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les résultats sont assez clairs. Seul le ballon traditionnel à 32 faces et le ballon à 6 faces (le Brazuca) ont des points d’impact assez stables en répétant les tirs. Les autres ont des trajectoires qui diffèrent sensiblement en fonction de l’orientation des faces. Ce qui tendrait à donner raison à au moins une partie des joueurs qui s’étonnent de la dérive inattendue de leurs frappes…

Une bonne nouvelle est que le meilleur ballon, le Brazuca selon les tests japonais, est précisément celui qui a été retenu officiellement par la Fifa pour la coupe du monde 2014 au Brésil. Cette fois, les mauvais perdants n’auront pas d’excuses !

Thierry Lucas

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS