Bras de fer entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen à Whirlpool Amiens

Après la visite impromptue et rapide de Marine Le Pen sur le parking de l’usine, Emmanuel Macron, qui était venu rencontrer une délégation de salariés dans les locaux de la chambre de commerce et d’industrie, s'est lui aussi rendu sur le site de l'usine Whirlpool. Accueilli par des sifflets, il a finalement dialogué pendant une heure et demie avec les salariés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bras de fer entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen à Whirlpool Amiens

Ce mercredi 26 restera comme l'un des temps forts de cet entre-deux-tours. Une journée durant laquelle la désindustrialisation s’est invitée parmi les thèmes de la campagne présidentielle. En fin de matinée, alors qu’Emmanuel Macron rencontrait dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie une délégation de salariés de l’usine Whirpool d’Amiens (Somme), dont l’activité doit être délocalisée sur un autre site du groupe en Pologne, Marine Le Pen a créé la surprise en allant rencontrer des salariés et des militants du Front national, sur le parking de l’usine. "Elle est restée là 35 minutes avec les employés et les ouvriers, le temps de prendre un verre et des merguez dans un sandwich", a indiqué un militant du Front national à un journaliste de la chaîne Franceinfo.
Sur Twitter, Marine Le Pen a déclaré "qu'avec moi leur usine ne fermera pas !" Devant les ouvriers de Whirpool, elle a assuré : "Continuez à vous battre, vous pouvez compter sur moi."

Alerté par la CGC de cette visite surprise, le vainqueur du premier tour a alors annoncé qu’il se rendrait sur place dans l’après-midi, avec l’intersyndicale. "Madame Le Pen fait de l’utilisation politique puisqu’elle va haranguer des militants politiques sur un parking", a-t-il estimé. Il a ensuite précisé qu’il n’avait pu tenir sa réunion avec les salariés dans des locaux de l’usine car la direction s’y était opposée.

Accueilli sur place par des sifflets, Emmanuel Macron a fait front et fini par rencontrer des salariés derrière un portail de l’usine. "Il n'y aura pas de validation du PSE si celui-ci n'est pas acceptable", a promis l'ex-ministre de l'Economie. Durant une heure et demie, le candidat s'est livré à un difficile exercice de pédagogie, déclarant que l'interdiction des licenciements était "un leurre". "Les efforts doivent désormais porter sur la reprise du site et sur la mise en place de formations", a lâché le natif d'Amiens, lors d’un échange vif et parfois tendu.

Il a promis aux salariés de Whirpool de venir "rendre compte", qu’il soit élu le 7 mai ou non. Il ne les a pas forcément convaincus. Les salariés de l’usine amiénoise n'ont pourtant pas ménagé leurs efforts pour éviter le pire, en acceptant notamment de renégocier la durée du temps de travail. Des efforts insuffisants face à la concurrence des pays à bas coût européens. Après le rachat de l'Italien Indesit et de sa quinzaine d'usines en Europe, Whirlpool a finalement décidé de délocaliser sa production à Lodz, en Pologne. Cette mesure entraînera la suppression, d'ici un an, de 290 emplois, auxquels s'ajoutent une soixantaine de postes du sous-traitant Prima et des dizaines d'intérimaires.

Une quinzaine de dossiers de reprise, dont deux jugés sérieux, seraient actuellement sur le bureau des services de la Préfecture de a Somme.

Guillaume Roussange

0 Commentaire

Bras de fer entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen à Whirlpool Amiens

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS