BPM : Software AG et IDS Scheer fusionneront d'ici la fin de l'année

Le rachat d'IDS Scheer finalisé, l'éditeur allemand Software AG (6 013 salariés et 847,8 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009) a réuni hier ses clients français à Paris. Karl-Heinz Streibich, PDG de Software AG, est revenu sur les bénéfices attendus de cette dernière emplette, et les évolutions prévues pour l'année à venir. Entretien.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

BPM : Software AG et IDS Scheer fusionneront d'ici la fin de l'année

Usinenouvelle : Pourquoi avez-vous racheté IDS Scheer ? Comment cette technologie de modélisation des processus métiers s'intègre-t-elle à votre offre ?

Karl-Heinz Streibich : Cette acquisition [d'un montant de 487 millions d'euros] va nous permettre d'offrir à nos clients une gamme complète de solutions de gestion des processus métiers (BPM, « Business Process Management ») couvrant la définition, l'analyse, le contrôle et l'exécution des processus métiers. Auparavant, grâce au rachat de Webmethods [d'un montant de 546 millions de dollars], nous dispositions déjà d'une plate-forme de middleware permettant d'intégrer les processus métiers, et nous dispositions d'un moteur de workflow pour leur exécution. La plate-forme Aris d'IDS Scheer nous apporte un ensemble d'outils de développement pour concevoir des applications utilisant les processus métiers. C'est en quelque sorte une déclinaison pour le BPM du langage Cobol (pour « Common Business Oriented Language ») utilisé pour le développement d'applications de gestion.

Usinenouvelle : Y-a-t-il des doublons entre les gammes Aris et Webmethods ?


Karl-Heinz Streibich : Non. Aris est un environnement de développement et Webmethods le moteur d'exécution. Les deux sont complémentaires : les applications développées avec Aris sont exécutées par Webmethods.

Usinenouvelle : Les logiciels de modélisation IDS Scheer resteront-ils compatibles avec les plates-formes d'autres éditeurs, concurrents de Software AG ?

Karl-Heinz Streibich : Software AG est un fournisseur neutre de middleware, de langages de programmation et de workflows. Il le restera. Il n'est question de changer de stratégie.

Usinenouvelle : Quels sont vos objectifs pour l'intégration des deux gammes ?

Karl-Heinz Streibich : L'intégration de la technologie IDS Scheer à notre gamme est en bonne voie. Nous espérons fusionner les deux sociétés avant la fin de l'année. Et les équipes travaillent déjà étroitement ensemble pour combiner les offres et développer des interfaces de communication entre tous les logiciels. Dans un premier temps, nous allons fusionner nos outils de contrôle des processus avec les logiciels de modélisation d'IDS Scheer pour offrir une solution complète et intégrée. Avec l'objectif d'offrir davantage de transparence aux utilisateurs : lorsque vous automatisez un processus, il vous faut aussi mesurer certains indicateurs de performance, ce que permet notre offre de BAM (« Business Activity Monitoring »). Ensuite, nous allons travailler sur le transfert automatisé des données Aris dans notre moteur de workflow. Tout ce qui aura été modélisé avec Aris pourra ainsi être plus facilement utilisé par le workflow ou par les logiciels SAP.

Usinenouvelle : Vous venez d'annoncer NaturalOne, un nouvel environnement de développement basé sur la plate-forme open source Eclipse. Pourquoi ?

Karl-Heinz Streibich : Le duo Java et Eclipse remporte un grand succès, surtout auprès des jeunes développeurs. Nous pensons que l'environnement NaturalOne devrait être attractif pour eux et faciliter les développements.

Quid du langage propriétaire existant ?

Karl-Heinz Streibich : L'environnement Natural a beaucoup de succès. Il reste présent et peut toujours être utilisé.

Usinenouvelle : Software AG est surtout connu pour ses interventions sur de grands projets de refonte des systèmes d'information. En cette période de crise, souhaitez-vous adresser d'autres marchés ?

Karl-Heinz Streibich : Nous continuons de nous concentrer sur deux types de clients : les entreprises qui utilisent Software AG comme grande plate-forme de middleware (DHL, EDF, GDF-Suez, France Télécom, Alcatel-Lucent...) et celles qui utilisent des solutions « pré-packagées » de gestion de processus. C'est tout aussi important.

Christophe Dutheil

A lire aussi :
BPM : Software AG relance son réseau social

0 Commentaire

BPM : Software AG et IDS Scheer fusionneront d'ici la fin de l'année

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS