Bpifrance veut relancer l’investissement des entreprises

La nouvelle banque publique d’investissement a présenté ses premiers résultats, le 14 février. Et affiché un plan stratégique ambitieux pour faire repartir l’investissement des entreprises. Reste à savoir si les chargés d’affaires de Bpifrance sauront convaincre les entreprises d’investir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bpifrance veut relancer l’investissement des entreprises

Pour sa première présentation de ses résultats, la jeune Bpifrance a vu les choses en grand. Ce 14 février, tout le comité exécutif de la banque était présent, une partie du conseil d’administration (sans Ségolène Royale, vice-présidente), plusieurs clients, des fonds d’investissement, des banques… Jusqu’à Jean-Pierre Jouyet, le président de Bpifrance et directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, et Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et des Finances.

Nicolas Dufourcq, le directeur général de la banque publique, a voulu faire taire les détracteurs de "l’usine à gaz", qui regroupe quatre anciens pôles de financement (Oséo, CDC Entreprises, Fonds stratégique d’investissement, FSI régions). "Nous sommes la première société européenne de gestion avec notre établissement unique Bpifrance Investissement", lance le directeur général. Il devance cependant un peu l’appel : la fusion juridique des quatre établissements au sein de Bpifrance Investissement ne sera effective qu’au 31 mars prochain.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

10 milliards de crédits en 2013

En 2013, les prêts octroyés par Bpifrance se sont élevés à 10 milliards d’euros, dont 4 milliards d’euros de prêts à court terme et 1,3 milliard d’euros de prêts de développement. La banque publique a garanti près de 8 milliards d’euros de crédits octroyés par les banques commerciales. Enfin, elle a participé à l’investissement en fonds propres dans les entreprises pour 1 milliard d’euros, dont 444 millions d’euros de manière indirecte (via des fonds d’investissement privés).

Son produit net bancaire (le chiffre d’affaires des banques) s’est élevé à 873 millions d’euros en 2013. Il devrait augmenter de 100 millions d’euros par an dans les prochaines années, selon les responsables de la banque.

C’est surtout sur la deuxième partie de l’année 2013 que Bpifrance a réalisé la majeure partie de son activité, les premiers mois de l’année, marqués par une sévère perte de confiance des chefs d’entreprise, s’étant révélé atone. Pour 2014, le directeur de la banque prévoit une activité en hausse, le mois de janvier étant "reparti très fort".

La banque publique se fixe ainsi l’objectif d’augmenter fortement ses financements à l’économie. Quitte à aller faire de la retape pour ses produits directement dans les entreprises. "En 2014, nous souhaitons démarcher 75 000 entreprises, parce que nous ne sommes pas une banque de guichet, nous faisons du porte à porte, explique Nicolas Dufourcq. Avec un objectif, 2014 doit être l’année de l’investissement des entreprises."

Convaincre les entreprises d’investir

Les ambitions affichées par l’organisme public dans son plan stratégique sont impressionnantes. Les crédits devront augmenter de 1 milliard d’euros en 2014, pour atteindre 11 milliards d’euros à la fin de l’année. D’ici à 2017, Bpifrance compte doubler sa production de prêts à l’export (pour 500 millions d’euros), de préfinancement du Crédit d’impôt compétitivité emploi (pour 1,6 milliard d’euros), et des aides à l’innovation (pour 1,5 milliard d’euros).

La banque publique prévoit également d’augmenter de 30 % par an sa participation au financement en fonds propres des entreprises. En 2014, elle espère investir 1 milliard d’euros dans le capital des grandes entreprises et des ETI, contre seulement 368 millions d’euros en 2013. "Cela suppose de réaliser au moins une grosse opération supérieur à 500 millions d’euros", estime Nicolas Dufourcq. A ce titre, un investissement dans Euronext, la Bourse de Paris, n’est pas inenvisageable, selon lui.

Le directeur général de Bpifrance s’est fixé des objectifs élevés pour 2014. Parviendra-t-il à les remplir ? Tout dépendra de la volonté des acteurs de l’économie de s’endetter… Ces belles ambitions ne tiendront que si les entreprises reprennent confiance et décident d’ouvrir leur capital pour renforcer leurs fonds propres et relancer leurs investissements.

Arnaud Dumas

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS