Economie

Bpifrance porte plainte dans l’affaire Altia

, , , ,

Publié le

La banque publique d’investissement, qui a investi 18 millions d’euros dans le groupe Altia, veut faire la lumière sur la gestion du groupe en faillite, repreneur de caddie. Elle a porté plainte contre X pour abus de biens sociaux. L'administrateur judiciaire du groupe industriel a reçu "au moins une offre de reprise" pour chacun des sites, y compris Caddie, a indiqué vendredi à l'AFP un de ses représentants

Bpifrance porte plainte dans l’affaire Altia © Bpifrance

L’affaire Altia n’en finit pas de rebondir. Alors que le tribunal de commerce de Paris a reçu, ce 12 septembre, les offres de reprise pour les 46 filiales du groupe placées en redressement judiciaire cet été, Bpifrance a déposé une plainte pour abus de biens sociaux devant le tribunal de grande instance, selon le quotidien Les Echos.

Dans l’incapacité de faire face à leurs besoins de trésorerie, le groupe Altia et la plupart de ses filiales, dont les chariots Caddie et plusieurs sous-traitant de l’automobile et de l’aéronautique, ont été placés en redressement judiciaire début août.

 

Retrouvez notre article "Altia, le fiasco qui embarrasse la Bpi" sur L'Usine Nouvelle.

 

Manque d’informations financières

La banque publique d’investissement, actionnaire minoritaire à hauteur de 18 % du capital du groupe Altia, s’estime lésée notamment du fait du manque d’informations financières données par les dirigeants et actionnaires majoritaires du groupe. Ceux-ci lui auraient caché l’état dans lequel se trouvaient les différentes filiales. Pour étayer sa plainte, Bpifrance avait mandaté une agence privée spécialisée dans l’investigation financière pour faire la lumière sur la chute retentissante d’Altia.

Bpifrance, qui a investi en tout 18 millions d’euros en capital et en avances dans Altia, avait commencé à reprendre en main la gestion du groupe au mois de mai. Elle avait écarté les trois dirigeants (Patrice Durand, Nicole Cohen et Patrick Adolf) pour confier la direction opérationnelle à un manager de transition.

En parallèle, le comité d’entreprise de l’usine d’emboutissage de Bessines (Haute-Vienne) a également porté plainte pour délit d’entrave. L’usine de Bessines faisait partie de la division emboutissage du groupe Altia, vendue au mois d’avril à des financiers américains. Le comité d’entreprise affirme ne pas avoir été consulté dans les règles pour cette cession.

Arnaud Dumas

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte