Bpifrance porte plainte dans l’affaire Altia

La banque publique d’investissement, qui a investi 18 millions d’euros dans le groupe Altia, veut faire la lumière sur la gestion du groupe en faillite, repreneur de caddie. Elle a porté plainte contre X pour abus de biens sociaux. L'administrateur judiciaire du groupe industriel a reçu "au moins une offre de reprise" pour chacun des sites, y compris Caddie, a indiqué vendredi à l'AFP un de ses représentants

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bpifrance porte plainte dans l’affaire Altia

L’affaire Altia n’en finit pas de rebondir. Alors que le tribunal de commerce de Paris a reçu, ce 12 septembre, les offres de reprise pour les 46 filiales du groupe placées en redressement judiciaire cet été, Bpifrance a déposé une plainte pour abus de biens sociaux devant le tribunal de grande instance, selon le quotidien Les Echos.

Dans l’incapacité de faire face à leurs besoins de trésorerie, le groupe Altia et la plupart de ses filiales, dont les chariots Caddie et plusieurs sous-traitant de l’automobile et de l’aéronautique, ont été placés en redressement judiciaire début août.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Retrouvez notre article "Altia, le fiasco qui embarrasse la Bpi" sur L'Usine Nouvelle.

Manque d’informations financières

La banque publique d’investissement, actionnaire minoritaire à hauteur de 18 % du capital du groupe Altia, s’estime lésée notamment du fait du manque d’informations financières données par les dirigeants et actionnaires majoritaires du groupe. Ceux-ci lui auraient caché l’état dans lequel se trouvaient les différentes filiales. Pour étayer sa plainte, Bpifrance avait mandaté une agence privée spécialisée dans l’investigation financière pour faire la lumière sur la chute retentissante d’Altia.

Bpifrance, qui a investi en tout 18 millions d’euros en capital et en avances dans Altia, avait commencé à reprendre en main la gestion du groupe au mois de mai. Elle avait écarté les trois dirigeants (Patrice Durand, Nicole Cohen et Patrick Adolf) pour confier la direction opérationnelle à un manager de transition.

En parallèle, le comité d’entreprise de l’usine d’emboutissage de Bessines (Haute-Vienne) a également porté plainte pour délit d’entrave. L’usine de Bessines faisait partie de la division emboutissage du groupe Altia, vendue au mois d’avril à des financiers américains. Le comité d’entreprise affirme ne pas avoir été consulté dans les règles pour cette cession.

Arnaud Dumas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LES ECHOS
ARTICLES LES PLUS LUS