Bpifrance investit dans la "fashion tech" avec BonneGueule

PARIS (Reuters) - Bpifrance a annoncé lundi avoir pris une participation minoritaire dans la marque de mode masculine BonneGueule pour accompagner son développement.
Partager
Bpifrance investit dans la
Bpifrance a pris une participation minoritaire dans la marque de mode masculine BonneGueule pour accompagner son développement. La société, née d'un blog de conseils sur la mode masculine en 2007, a acquis une large audience (3,0 millions de visiteurs par an) et s'est lancée en 2014 dans le prêt-à-porter vendu en ligne. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

La société, née d'un blog de conseils sur la mode masculine en 2007, a acquis une large audience (3,0 millions de visiteurs par an) et s'est lancée en 2014 dans le prêt-à-porter vendu en ligne.

La marque, qui poursuit ses activités de conseil sur son site, a ensuite ouvert un premier magasin à Paris en 2015 et un second à Lyon en 2016.

L'investissement de Bpifrance, réalisé aux côtés de business angels issus de la mode et de l’internet, va permettre à la société de se structurer, de poursuivre son développement multicanal et de se développer à l'export, indique la banque publique d'investissement dans un communiqué.

Positionnée sur le créneau du luxe dit "accessible" - les chemises sont vendues environ 120 euros et des vestes 420 euros - BonneGueule met l'accent sur la fabrication de ses produits, avec des matières premières "naturelles et authentiques" comme le coton d'Egypte, la laine d'Australie ou le chambray d'Italie.

"Cet investissement est une innovation dans notre stratégie et nous sommes curieux de défricher ce terrain", commente Isabelle Ginestet-Naudin, en charge des fonds industrie culturelles et créatives de Bpifrance.

Cette levée de fonds devrait permettre à BonneGueule de développer son réseau de magasins en France et en Europe, une boutique constituant une vitrine coûteuse pour une jeune marque.

Il s'agit du sixième investissement de Mode et Finance 2, deuxième fonds de Bpifrance dédié au secteur du luxe et des métiers de la création et visant à pérenniser de jeunes marques jugées prometteuses.

Le fonds a déjà investi dans Officine Générale, Adieu, Lemaire, Roseanna et Le Gramme.

Pour pouvoir postuler, les marques doivent être rentables et réaliser un chiffre d'affaires d'au moins 500.000 euros.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS