BPI : Ségolène Royal et Nicolas Dufourcq enterrent officiellement la hache de guerre

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

BPI : Ségolène Royal et Nicolas Dufourcq enterrent officiellement la hache de guerre

Après une première tentative de Ségolène Royal de court-circuiter la communication de la Banque publique d’investissement BPI en donnant une interview télé avant même le point presse, c’est d’une seule voix que Ségolène Royal, sa vice-présidente et Nicolas Dufourcq, son directeur général, se sont exprimés à l’issue du deuxième conseil d’administration de l’institution financière du 22 avril 2013. "Il y a un conseil d’administration pour surveiller et donner les directions, et un exécutif qui a la responsabilité de gérer les affaires, a rappelé Ségolène Royal . Et nous le faisons en bonne intelligence."

Elle s’en était vertement pris à Nicolas Dufourcq vendredi dernier, estimant qu’il avait commis un "grave dérapage" à propos de Pétroplus, la présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes a déclaré avoir tourné la page. "Nous sommes là pour construire le futur", a-t-elle martelé.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Financement sur fonds privés

La réunion du Conseil d’administration avait pour objet de préciser la doctrine d’investissement de la BPI sur les entreprises en difficulté. Histoire d’éviter de futures polémiques… "La doctrine est claire, a déclaré Nicolas Dufourcq. Le retournement, c’est-à-dire le financement des entreprises qui périclitent, nous le ferons au travers de fonds privés que nous alimenterons. Nous ne le ferons pas en direct."

La vice-présidente de la BPI a ajouté que la banque publique devait soutenir les entreprises en mutation industrielle. "Quand nous sommes face à un opérateur industriel fragile, mais sérieux, qui a vocation à marcher, alors la BPI peut intervenir, a-t-elle expliqué. Mais elle ne reprendra pas l’entreprise toute seule." La constitution de la BPI devrait s’achever d’ici la fin du mois de juin. Quelques étapes doivent encore être franchies : la discussion avec la Commission européenne, le dépôt des dossiers auprès de l’Autorité des marchés financiers et de l’Autorité de contrôle prudentiel, ou encore les discussions avec les comités d’entreprises des trois entités constitutives de la BPI (Fonds stratégique d’investissement, CDC Entreprises et Oséo).

Le contenu détaillé de la doctrine d’investissement sera présenté le 15 mai au parlement, l’occasion de juger sur pièces que les différents acteurs de la BPI sont bien sur la même longueur d’ondes.

Arnaud Dumas

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS