BP relève son dividende et affiche sa confiance

Publié le

LONDRES (Reuters) - Le groupe pétrolier BP a relevé son dividende, achevé un programme de rachat d'actions de 1,5 milliard de dollars et affiché mardi sa confiance dans ses activités pétrolières et gazières malgré une baisse de 26% de son bénéfice au quatrième trimestre.

BP relève son dividende et affiche sa confiance
Le groupe pétrolier BP a relevé son dividende, achevé un programme de rachat d'actions de 1,5 milliard de dollars et affiché mardi sa confiance dans ses activités pétrolières et gazières malgré une baisse de 26% de son bénéfice au quatrième trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann
© Arnd Wiegmann

Cette baisse, moins forte qu'attendu, et la hausse de 2,4% du dividende, à 10,5 cents par action, a fait grimper l'action de près de 4% à la Bourse de Londres.

Le bénéfice récurrent aux coûts de remplacement, la définition retenue par BP du bénéfice net, s'est élevé à 2,57 milliards de dollars (2,32 milliards d'euros) au quatrième trimestre, alors que les analystes attendaient 2,1 milliards.

Au troisième trimestre, BP avait publié un bénéfice net de 2,3 milliards de dollars.

Le flux de trésorerie du groupe a augmenté de plus de 10% en 2019 à 25,8 milliards de dollars, en dépit d'une baisse des cours des matières premières, ce grâce à une hausse de la production, en particulier aux Etats-Unis avec le pétrole de schiste après l'acquisition des actifs du groupe minier BHP en octobre 2018.

Le taux d'endettement du groupe a cependant augmenté l'an dernier, bien que BP ait cédé pour 9,4 milliards de dollars d'actifs.

Le directeur général Bob Dudley, dont c'était le dernier jour de fonction à la tête du groupe, s'est dit fier de laisser une entreprise "plus sûre et plus solide" aux mains de son successeur, Bernard Looney.

La bonne performance de BP contraste avec celle de ses concurrents Shell, Exxon Mobil ou Chevron, qui ont tous annoncé un fort ralentissement de leurs revenus la semaine dernière en raison d'une demande moins forte, notamment en Asie.

Le directeur financier de BP, Brian Gilvary, a estimé mardi que le ralentissement de l'économie mondiale dû à l'épidémie de coronavirus en Chine pourrait réduire la demande pétrolière mondiale de 0,5% en 2020.

La baisse d'activité industrielle et les annulations de vol entraînées par l'épidémie ont jusqu'ici affecté la demande d'environ 200.000 à 300.000 barils par jour, a-t-il précisé.

Pour l'ensemble de l'année, ce ralentissement de l'économie mondiale réduira la demande de pétrole de 300.000 à 500.000 bpj, selon Gilvary. L'impact en Chine devrait être plus prononcé, à environ 1 million de bpj.

(Ron Bousso, version française Jean-Stéphane Brosse)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte