Bourse de Casablanca : le promoteur immobilier Dar Saada lève 100 millions d’euros

La société immobilière, spécialiste du logement collectif économique et intermédiaire a réussi son offre publique de vente qui portait sur 20 % du capital. Première cotation prévue le 18 décembre pour ce groupe très rentable qui entend ainsi financer son développement dans le royaume et en Afrique.

Partager
Bourse de Casablanca : le promoteur immobilier Dar Saada lève 100 millions d’euros
Le titre Dar Saada sera coté le 18 décembre à la bourse marocaine sous le ticker RDS

Levée de fonds réussie pour Dar Saada. Le groupe immobilier marocain a mené avec succès son offre publique de vente ouverte le 1er décembre et clôturée le 3 décembre. Il devrait en retirer 1,13 milliard de dirhams, soit 101,7 millions d’euros (1 000 dirhams = 90 euros environ). L’opération réalisée sous forme d’augmentation de capital représente 20% du capital via la vente de 5,2 millions d'actions. Elle valorise l'entreprise 5,3 milliards de dirhams.

Selon la presse marocaine, l'offre proposée au prix de 215 dirhams (19,3 euros) a été sursouscrite au moins quatre fois. On ne connaît pas encore officiellement le profil des acquéreurs mais les institutionnels se seraient taillés la part du lion, avec une partie significative, environ 25%, de capitaux venus du Golfe, notamment les groupes Aabar Investments et Kipco, selon l'agence Ecofin.

triplement des résultats

Certains sites boursiers avaient appelé au boycott de l'IPO jugeant les critères de valorisation et les perspectives de croissance trop optimistes.

Pour l'IPO de Dar Saada, BMCE capital est conseiller principal et chef de file du syndicat de placement dont la plupart des banques marocaines sont membres. Le cabinet Naciri & Associés (Allen & Overy) a assuré le conseil juridique. La société sera cotée sous le ticker RDS sur le marché principal (premier compartiment).

Filiale du holding familial B Group (Palmeraie), Dar Saada est spécialisée dans les programmes immobiliers économiques et intermédiaires qui se multiplient au Maroc depuis une décennie. Elle compte une vingtaine de programmes en cours dans toutes les grandes villes du royaume : Casablanca, Tanger, Rabat, Marrakech, et en affiche une dizaine en projet. Sans compter ceux au Gabon ou en Côte d'Ivoire.

L'augmentation de capital vise à "l’acquisition de terrains, développement en Afrique et autres pour un montant global de 730 millions de dirhams". En précisant qu’à date, la société a signé des options d’achat de terrains dans le Grand Casablanca pour 600 millions de dirhams.

Autre justification, "l’accélération du rythme de production des tranches non encore développées de programmes existants pour un montant global de 400 millions de dirhams sur les années 2015-2016". En fait, selon le management interrogé par L'Economiste, 95% des fonds serviront aux projets marocains.

Très rentable, Dar Saada a, en 2013, affiché 1,1 milliard de dirhams de chiffre d’affaires, soit un triplement en trois ans, et surtout un résultat net de 365 millions de dirhams. Les dirigeants ont promis un doublement du chiffre d’affaires et du résultat d’ici à 2017. Et prévoient de verser 40 % des résultats en dividendes.

Dar Saada va rejoindre à la cote les groupes immobiliers Addoha et Alliances. Avec l‘espoir de faire mieux qu’eux, car depuis 18 mois ces valeurs sont dans le rouge à la bourse de Casablanca. Témoin d'un secteur immobilier qui patine en terme de prix et de volume comme l'illustre la chute des ventes de ciment, encore confirmée en novembre

L’introduction de Dar Saada sera sans doute la seule de l’année à la bourse de Casablanca, une place qui pèse environ 45 milliards d’euros de capitalisation. Quant à 2015, sont prévus dans les mois qui viennent les IPO de Total Maroc et du gestionnaire public de ports Marsa Maroc.

Mais aussi des retraits. Ces derniers jours a ainsi été confirmée la radiation en février 2015 de l’entreprise de location de matériel lourd, Mediaco. Le groupe immobilier semi-public CGI doit lui aussi être prochainement retiré de la cote sur fond d’enquêtes judiciaires.

Pendant ce temps la bourse de Tunis affichait 12 introductions l'an dernier et encore cinq cette année.
Pierre-Olivier Rouaud

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS