Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Bourgogne : Une filiere céréaliere écologique dans l'Yonne

Publié le

De la matière première aux produits finis, une filière céréalière se met en place à Sens. Originalité : elle utilisera un blé tendre certifié contre les contaminations.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Jean-Michel Jacquinot, responsable du développement économique à la Société d'économie mixte de la ville de Sens (Semasens), dans l'Yonne, peut légitimement en revendiquer la paternité. Sous son impulsion, une filière céréalière écologique commence à voir le jour. Elle associe déjà trois industriels, et, peut-être bientôt quatre. " Mes origines professionnelles liées à ce secteur d'activité m'ont naturellement conduit à favoriser ce type de partenariat ", justifie-t-il. La filière repose sur l'utilisation d'un blé tendre de meunerie, spécialement élaboré par la Coopérative agricole des producteurs du Sénonais (Caps). " La céréale bénéficie d'une "culture raisonnée contrôlée" (CDC), qui réduit au minimum tous les risques de contamination, qu'elle soit naturelle, environnementale, physique ou chimique, et assure parallèlement les contrôles nécessaires ", explique Alain Peretti, directeur général de la coopérative (400 adhérents et 200 millions de francs de chiffre d'affaires). " Ce nouveau produit représente à nos yeux le standard de demain en raison d'une exigence de la clientèle en matière de sécurité alimentaire ", assure Hervé de Romémont, président du directoire des Moulins Dumée. " Il nous permettra d'élaborer des produits scientifiquement écologiques, très prisés aujourd'hui dans les pays européens, notamment du Nord ", se félicite de son côté Francis Avenier, responsable du site sénonais de la Société de viennoiserie fine (groupe Planète Pain), autre acteur majeur de la filière.

Plus de 200 millions de francs d'investissements

L'intérêt d'une collaboration entre les trois industriels va bien au-delà de la qualité de la matière première. " Ils sont implantés à quelques kilomètres de distance. Ce qui réduit considérablement les coûts de transport pour ce type de produit pondéreux ", fait remarquer Jean-Michel Jacquinot. L'économie engendrée permettra de répercuter plus en douceur les 12 % de surcoût de production de la céréale et l'amortissement industriel. Autres traits communs aux acteurs : ils se doteront tous de nouveaux sites dédiés au blé produit en CRC. La Caps investira d'ici à trois-cinq ans, sur la commune voisine de Gron (Yonne), plus de 60 millions de francs dans un silo de 30 000 tonnes. Cette nouvelle génération de silo facilitera la ventilation à froid pour éviter l'utilisation d'insecticides de stockage et respectera l'homogénéisation des lots en évitant le mélange de céréales. Juste en face, les Moulins Dumée (100 millions de francs de chiffre d'affaires, 40 salariés) feront construire, à l'horizon 2005-2010, sur un terrain de 8 hectares, un moulin d'une capacité d'écrasement de 300 tonnes par jour. L'investissement prévisionnel frise les 80 millions de francs. " Il nous permettra de mieux répondre au marché-test que nous allons créer avec une farine issue de la CRC et destinée aux boulangers ", indique Hervé de Romémont. Le groupe Planète Pain (135 millions de francs de chiffre d'affaires, 150 salariés), à travers sa filiale, la Société de viennoiserie fine, veut, lui aussi, s'agrandir. " Nos deux lignes actuelles, dédiées à la panification et à la viennoiserie, tournent à cent quarante-quatre heures de production par semaine. C'est dire si elles sont complètement saturées ", déplore Francis Avenier. Une usine sortira de terre à 1 kilomètre de là, pour être opérationnelle à la fin de 2002. D'une surface de 7 000 mètres carrés, elle sera dotée d'une ligne de viennoiserie, d'une capacité deux fois supérieure à l'actuelle, et d'une ligne de panification trois fois plus importante qu'aujourd'hui. " Nous pourrons y créer un nouveau pain surgelé avec du blé provenant de la CRC, ce qui sera un élément différenciateur fort vis-à-vis de la concurrence, surtout à l'étranger où nous exportons la totalité de notre production ", avoue Francis Avenier. A terme, un quatrième industriel pourrait rejoindre la filière céréalière sénonaise. Une lettre d'intention vient d'être signée par la société Sesa Bourgogne, fabricant de " petfood ", confrontée elle aussi à la nécessité d'une traçabilité totale de ses fabrications. De notre correspondant,



Les atouts de la " culture raisonnée contrôlée "

Ne parlez surtout pas d'une céréale biologique à Alain Peretti. Le coopérateur vous expliquerait par " a + b " que la certification de son blé tendre de meunerie - sous l'appellation " culture raisonnée contrôlée ", issue de ses propres recherches - relève d'une véritable démarche scientifique. Ainsi, pour éviter les risques de contamination chimique, les produits phytosanitaires, engrais et semences sont rigoureusement sélectionnés. En outre, aucun insecticide de stockage ne pénètre dans les silos, ventilés à froid (10 °C) pour éviter la prolifération d'insectes. Contre les risques de contamination environnementale, la parcelle cultivée doit se situer à 250 mètres d'une voie de circulation, et l'épandage de boues de station d'épuration y est proscrit. Pour limiter les risques de contamination naturelle (fientes d'oiseaux) ou physique (pièces métalliques, morceaux de bois...) lors du stockage, des contrôles et analyses ponctuent en permanence la vie de la céréale. " Au moindre doute, nous retirons un lot suspect pour le déclasser ", assure Alain Peretti.
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle