[Bourget 2017] Avec la start-up Palantir, Airbus veut devenir le big brother de l'aviation

Airbus renforce son partenariat avec la très discrète start-up américaine Palantir spécialisée dans le big data. La plate-forme digitale Skywise va se généraliser à l’ensemble des métiers de l’avionneur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Bourget 2017] Avec la start-up Palantir, Airbus veut devenir le big brother de l'aviation

Si au salon du Bourget, l’importance d’une conférence se juge à l’aune du nombre de dirigeants présents, l’annonce d’Airbus de la création de la plate-forme digitale Skywise pèse lourd. Aux côtés du big boss Tom Enders, étaient présents mardi 20 juin Fabrice Brégier, directeur général délégué du groupe, ainsi que Marc Fontaine, patron de la transformation numérique. Des dirigeants de l’avionneur européen qui n’avaient d’yeux que pour une start-up – et son patron Alex Karp – à l’origine de cette plate-forme : Palantir, l’une des start-up du numérique les plus puissantes au monde, avec Uber et Airbnb, et qui pèse plus de 20 milliards de dollars.

"J’étais sceptique au début sur les possibilités de cette entreprise, reconnaît Tom Enders. Mais je peux vous dire que Palantir est la meilleure entreprise de data analytics du monde". Des propos élogieux à la hauteur des ambitions de la plate-forme Skywise, qui met en œuvre le savoir-faire de la start-up, créée en 2004 : du développement des avions à leur exploitation, en passant par la production, elle vise à collecter le maximum de données pour résoudre des points de blocages, anticiper des défaillances ou bien encore améliorer les performances des avions. Des compagnies pionnières telles que Easyjet, AirAsia, Emirates et Peach ont déjà mis en œuvre cette plateforme.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Si Airbus mise autant sur la technologie développée par Palantir, c’est qu’elle a déjà fait ses preuves chez l’avionneur. "Nous avons commencé à l’utiliser pour la hausse de cadence de production de l’A350, détaille Marc Fontaine. Nous l’avons ensuite étendue à d’autres domaines, comme l’installation des cabines, puis pour la hausse des cadences de production de l’A320, en particulier concernant le planning industriel". Le champ des possibles de Skywise est vertigineux. Airbus compte pouvoir améliorer la fiabilité des avions, développer la maintenance prédictive, optimisé l’utilisation de chaque avion, réduire les interruptions de services… Palantir tire d'ailleurs son nom de cette pierre magique dans le Seigneur des anneaux, qui permet de tout voir dans l'espace et dans le temps.

Une plateforme qui vise aussi les fournisseurs

Cette plateforme vise à passer du monde de la production industrielle à celui des compagnies aériennes. Et Marc Fontaine le martèle : la plateforme se veut ouverte. "Skywise peut faire sauter les cloisonnements au sein des différents métiers des compagnies, précise le dirigeant. Mais on ne regarde pas seulement les data d’une compagnie ou d’un avion mais de l’ensemble de la flotte. Nous pouvons comparer les performances des avions tout en gardant l’anonymat des compagnies. In fine, nous apportons à chaque compagnie toute la connaissance des 20 000 ingénieurs d’Airbus. On peut prolonger l’attention de nos ingénieurs pendant les 30 ans de la vie d’un avion". L'idée est in fine de comprendre les comportements des passagers jusqu'à celui de l'appareil lui-même pour maximiser l'exploitation des flottes.

Avec Skywise, Airbus cherche à aller plus loin que la seule production d’avions. Pour ses programmes d’avions commerciaux, mais aussi pour ses hélicoptères et ses appareils militaires, Airbus compte généraliser peu à peu l’usage de Skywise. Une transformation culturelle pour le groupe, tant cette plateforme vise à casser l’organisation en silos du groupe. Mais ce n’est pas tout. "Dans une deuxième étape, Skywise pourra être étendue au sein de notre chaîne de fournisseurs, poursuit Marc Fontaine. Ils sont certes moins proches des compagnies mais ils en tireraient les mêmes bénéfices, en particulier ne matière de visibilité des commandes". La digitalisation d’Airbus commence à prendre forme.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS