Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Bostik lance la construction de son centre de R&D de Compiègne

, , ,

Publié le

La filiale de Total, Bostik, a posé lundi 24 juin la première pierre de son centre de R&D à Venette près de Compiègne (Oise). Investissement : 11 millions d’euros. Le chimiste est déjà présent dans l’Oise avec une usine de colles industrielles à Ribécourt. L’expertise de Compiègne dans la chimie verte a joué dans l’implantation de ce centre de recherche européen.

Bostik lance la construction de son centre de R&D de Compiègne
Perspective du futur centre de R&D de Bostik à Venette près de Compiègne (Oise).
© Bostik

Spécialiste des adhésifs et mastics, Bostik, filiale de Total, a posé lundi 24 juin la première pierre d’un centre de R&D à Venette (Oise) près de Compiègne. Le chimiste investit 11 millions d’euros dans un bâtiment de 5 000 mètres carrés sur un terrain de 19 000 mètres carrés. Ce centre de R&D à vocation mondiale qui doit ouvrir en septembre 2014, doit accueillir 150 chercheurs d’ici trois ans, dont une centaine en 2014.

Trois "centres d’excellence" dans le monde

Joint par usinenouvelle.com, Bostik précise que ce centre de recherche travaillera notamment sur les applications thermofusibles et les colles à propriétés flexibles. Ce nouveau centre de recherche s’inscrit dans la stratégie de Bostik de réorganiser sa R&D autour de trois "centres d’excellence" dans le monde : Milwaukee (Etats-Unis), Shanghai (chine) et Venette/Compiègne (France).

Sur ce site de Venette, Bostik construira prochainement un bâtiment  ("house demonstrator") qui rassemblera toutes les technologies du groupe en matière d’habitat, a confié un porte-parole de Bostik à usinenouvelle.com.

En annonçant l’investissement dans ce centre de R&D en octobre 2012, Bostik avait expliqué qu’il souhaitait consolider son ancrage dans l’Oise et conserver le potentiel humain de son centre de R&D installé dans son usine de colles industrielles de Ribécourt qui compte 247 salariés dans l’Oise. Ce site situé à une vingtaine de kilomètres de Venette, avait lui-même bénéficié fin 2011 d’un investissement de 9 millions d’euros pour la construction d’un nouvel atelier de production d’adhésifs polyesters à fort contenu technologique.

La chimie verte se concentre à Compiègne

En faisant le choix de s’ancrer à Compiègne, Bostik souligne qu’il bénéficie des "fortes synergies" avec les structures locales d’enseignement et de recherche en chimie verte. Selon la Communauté d’agglomération de Compiègne, la proximité de Roissy et le "niveau d’excellence" du pôle d’enseignement supérieur et de recherche en chimie verte ont joué en faveur de Compiègne. Allusion à l’Université de technologie de Compiègne (UTC) et à l’Ecole supérieure de chimie organique et minérale (Escom). Ce pôle d’enseignement supérieur est conforté par le pôle de compétitivité Industries et agro ressources et par l’institut d’excellence IEED (énergies de carbonées) Pivert. Un véritable écosystème.

Bostik a réalisé un chiffre d’affaires d’1,6 milliard d’euros en 2011. Il emploie 4 800 collaborateurs dans le monde.

Claire Garnier
 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle