Bostik consolide son implantation dans l’Oise

La filiale de Total investit 10 millions d’euros dans un centre de recherche à Compiègne (Oise). L’expertise de Compiègne dans la chimie verte a aussi joué dans l’implantation de ce centre de recherche européen.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bostik consolide son implantation dans l’Oise
Site de Ribécourt (Oise)

La communauté d’agglomération de Compiègne (Oise) a signé vendredi 5 octobre avec la société Bostik, filiale de Total, un compromis de vente concernant un terrain de 14 000 m² présentant une possibilité d’extension. Sur ce terrain situé sur le parc d’activité de Venette, Bostik va faire construire un bâtiment de 11 000 m² qui accueillera un nouveau centre de R&D qui doit accueillir à terme 150 chercheurs. Le spécialiste des technologies d’adhésifs et de mastics de haute performance investit 10 millions d’euros dans ce centre qui devrait être opérationnel en 2014.

Bostik a décidé de réorganiser sa R&D à l’échelle mondiale autour de trois "centres d’excellence" : Milwaukee (Etats-Unis), Shanghai (chine) et Compiègne (France).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pourquoi Compiègne ? Dans un communiqué, Bostik précise qu’il souhaite conserver le potentiel humain de son centre de R&D installé dans son usine de colles industrielles de Ribécourt (230 salariés) dans l’Oise. Ce site vient d’ailleurs de bénéficier d’un investissement de 8 millions d’euros. Bostik avait, en effet, annoncé fin 2011 un investissement dans un nouvel atelier de production d’adhésifs polyester à fort contenu technologique destiné au marché européen.

En faisant le choix de s’installer à Compiègne, Bostik souligne qu’il souhaite aussi s’appuyer sur les structures d’enseignement et de recherche du Compiégnois : Université de technologie de Compiègne (UTC) et Ecole supérieure de chimie organique et minérale (ESCOM). Il veut aussi nouer des liens avec la R&D dans le secteur des agro-ressources et de la chimie verte. En particulier avec le pôle de compétitivité industries et agro-ressources (IAR) et avec l’institut d’excellence IEED (énergies décarbonées) PIVERT.

Bostik a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros en 2011. Il emploie 4 500 salariés sur 50 sites de production dans le monde.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS