Bosch rejette les allégations de complicité avec Volkswagen

L'entreprise Robert Bosch juge "fantaisistes et sans fondement" les allégations selon lesquelles il aurait aidé sciemment Volkswagen à contourner les lois anti-pollution en vigueur aux Etats-Unis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bosch rejette les allégations de complicité avec Volkswagen
Robert Bosch juge "fantaisistes et sans fondement" les allégations selon lesquelles il aurait aidé sciemment Volkswagen à contourner les lois anti-pollution en vigueur aux Etats-Unis. /Photo prise le 29 juillet 2016/REUTERS/Michaela Rehle

Bosh se défend d'être complice dans le dieselgate. C'est la réponse que l'équipementier automobile allemand a apporté lundi soir aux avocats qui poursuivent Volkswagen au nom de propriétaires américains de véhicules diesel VW, selon lesquels Bosch a participé "consciemment et activement" au mécanisme de trucage des tests d'émissions polluantes.

Bosch a conçu un système de contrôle du régime des moteurs employé par plusieurs constructeurs automobiles, dont VW. Il a fourni un logiciel et des composants à VW mais il affirme que l'usage du logiciel de régulation des émissions de gaz d'échappement et de consommation de carburant est de la seule responsabilité des constructeurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un premier examen des documents des plaignants "montre que ces plaignants ont formulé des affirmations fantaisistes et sans fondement" qui se basent dans certains cas sur des conjectures, a dit Bosch.

Il a expliqué que ces allégations étaient censées reposer sur des documents fournis par Volkswagen "mais bien souvent, elles ne se fondent sur des conjectures, sans compter qu'elles peuvent être contredites directement par les documents cités".

Pour l'instant, aucune accusation n'a été officiellement formulée contre Bosch, qui fait l'objet d'une enquête en Allemagne et aux Etats-Unis dans ce dossier. Volkmar Denner, le président du directoire de l'équipementier, avait annoncé en janvier avoir diligenté une enquête interne, assurant qu'il coopérait avec les autorités. En avril, Bosch a dit avoir constitué 650 millions d'euros de provisions pour couvrir les frais de litige éventuels.

Pour Reuters, David Shepardson, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS