L'Usine Auto

Borloo poursuit son lobbying en faveur de la voiture électrique

, ,

Publié le

Ne ménageant pas sa peine pour faire décoller le marché de la voiture électrique, le Ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo a signé, ce matin, une charte avec 12 communautés territoriales, et Renault et PSA. Les premières s’y engagent à installer des prises de recharge accessibles au grand public, les seconds à livrer un minimum de 60 000 voitures. Le tout d’ici à 2012.

Borloo poursuit son lobbying en faveur de la voiture électrique

Conscient que l’avenir de la voiture électrique est une problématique globale, Jean-Louis Borloo souhaite appréhender le problème en impliquant tous les acteurs de la filière.

La charte signée le 13 avril prévoit ainsi :

- La publication, en octobre prochain, d’un« livre vert » regroupant l’ensemble des décisions opérationnelles pour le déploiement des infrastructures de recharge.

- L’installation de prises de recharge à Aix,Angoulême, Bordeaux, Grenoble, Le Havre, Nancy, Nice, Orléans, Paris, Rennes, Rouen etStrasbourg.

- La mise à disposition, d’ici à 2012, de 60 000 véhicules électriques par les constructeurs, dont 40 000 par Renault et 20 000 par PSA.

En échange, un groupement présidé par la Poste  et réunissant une vingtaine de grandes entreprises (comme ADP, Air France, Areva, Bouygues, Eiffage, France Télécom, Suez environnement, Veolia…) s’engage à faire une commande groupée de quelques 50 000 véhicules « zéro émissions » à condition qu’elles offrent une autonomie minimum de 150km. Clients certains d’être livrés et de trouver dequoi recharger leur voitures, constructeurs assurés de trouver preneur pour leursproduction, le mécanisme se met peu à peu en place.

4,4 millions de prises en 2020

Coté financement, le gouvernement lève le pied.Après avoir débloqué, l’an passé, plusieurs centaines de millions d’euros dans le développement de la filière,  il repasse aujourd’hui le flambeau aux utilisateurs. Examiné par l’Assemblée nationale le 4 mai prochain, le projet du Grenelle 2 prévoit ainsi de « confier le déploiement de l’infrastructure  aux communes et à leur groupement ». La facture est sévère puisque, comme annoncé par le Ministre en octobre dernier, lors du plan pour les véhicules électrique : « L’objectif est d’installer 4,4 millions de prises à l’horizon 2020 pour un investissement global de 4 milliards d’euros. » 

Avec la même prudence, Jean Louis Borloo refuse de s’engager à long terme sur la stabilité des 5000 euros d’aide fiscale qui permettront aux voitures électriques d’afficher un prix public comparable à celui d’une voiture thermique. « Cette aide est garantie jusqu’en 2012. Au-delà, nous aviserons. Il y aura toujours quelquechose, mais je ne sais pas combien. » Interrogé à ce propos, Patrick Pelata, le N°2 de Renault, va dans le même sens : «  L’industrie de la voiture électrique ne pourra pas être indéfiniment subventionnée. Notre volonté est de parvenir à baisser peu à peu nos prix de revient de façon à ce que ces aides puissent progressivement s’évaporer. » 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte