Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Borealis fait tourner PEC-Rhin à plein régime

, , ,

Publié le

Un peu moins de deux ans après la reprise du site alsacien par le groupe chimique Borealis, la production annuelle d'engrais est passée de 240 000 à 320 000 tonnes sur le site PEC-Rhin d'Ottmarsheim.

Borealis fait tourner PEC-Rhin à plein régime
Site PEC-Rhin d'Ottmarsheim (Haut-Rhin)
© Stéphane Spach

Une production en hausse et une grosse enveloppe de 71 millions d'euros d'investissements en perspective. Pour l'usine Borealis PEC-Rhin SAS d'Ottmarsheim (Haut-Rhin) et ses 183 salariés, la conjoncture semble largement positive.

PEC-Rhin, site classé Seveso II seuil haut qui appartenait conjointement à Basf et à GPN (groupe Total), a été repris en février 2012 par le groupe Borealis, dont le siège est en Autriche. Le nouveau propriétaire a alors fixé un objectif ambitieux : produire plus de 340 000 tonnes par an d'engrais azotés pour l'agriculture à l'horizon 2015. "Au moment où Borealis a acheté ce site, on était à 240 000 tonnes par an, rappelle Louis Desal, vice-président du groupe Borealis. Dès la première année, on a battu un record qui datait de seize ans avec une production de 310 000 tonnes et on va atteindre 320 000 tonnes cette année."

Pour y parvenir, "on se concentre surtout sur la fiabilité, explique Johan Van Grootel, président de Borealis PEC-Rhin. On essaie d'avoir deux jours d'arrêt de production maximum par mois, alors qu'avant on s'arrêtait une fois par semaine". "Il y avait plus de nettoyage avant", poursuit Louis Desal, qui évoque "un problème d'utilisation du process" résolu depuis la prise de contrôle par Borealis.

Par ailleurs, le site produit pour ses propres besoins de l'ammoniac et de l'acide nitrique, et il en revend une partie à d'autres industriels, comme son voisin Rhodia Solvay de Chalampé (Haut-Rhin). "Avec les 340 000 tonnes d'engrais et les ventes d'ammoniac et d'acide nitrique, la masse critique est là", estime Simon Jones, vice-président de Borealis.

71 millions d'investissement sur cinq ans

Sur la période 2012-2016, Borealis compte investir 71 millions d'euros à Ottmarsheim. La plus grande partie de cette somme sera dépensée lors du grand arrêt des installations, prévu pour l'année 2016.

Mais de plus petits projets ont déjà été menés à bien ou sont en cours de réalisation. Plus de 2 millions d'euros ont par exemple été alloués à la modernisation d'un entrepôt inutilisé depuis plusieurs années, entraînant le doublement des capacités de stockage, portées à 64 000 tonnes. Un chantier d'environ 1 million d'euros est par ailleurs en cours pour diminuer les rejets d'oxyde d'azote.

Borealis est détenu à 64 % par International Petroleum Investment Company (IPIC, Emirats arabes unis) et à 36 % par OMV, entreprise pétrolière et gazière autrichienne. Le groupe compte 6 200 salariés dans le monde pour un chiffre d'affaires de 7,5 milliards d'euros en 2012, dont 10 % seulement pour les engrais. Borealis produit également des polyoléfines et des produits chimiques de base. En France, le groupe a acquis cette année les sites de Grandpuits (Seine-et-Marne) et Grand-Quevilly (Seine-Maritime).

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle