Bons résultats pour le cocktail anti-COVID-19 de Regeneron et Roche

LONDRES (Reuters) - Le cocktail d'anticorps monoclonaux anti-COVID-19 de Regeneron Pharmaceuticals et Roche réduit la mortalité des patients hospitalisés n'ayant pas développé leur propre réponse immunitaire, suggèrent les nouveaux résultats d'une vaste étude britannique publiés mercredi.
Bons résultats pour le cocktail anti-COVID-19 de Regeneron et Roche
Le cocktail d'anticorps monoclonaux anti-COVID-19 de Regeneron Pharmaceuticals et Roche réduit la mortalité des patients hospitalisés n'ayant pas développé leur propre réponse immunitaire, suggèrent les nouveaux résultats d'une vaste étude britannique publiés mercredi. /Photo prise le 20 mai 2021/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Combinaison de deux anticorps monoclonaux (des copies d'anticorps dirigés contre le coronavirus SARS-CoV-2 obtenues par génie génétique), ce produit baptisé REGN-COV2 a été développé par la biotech américaine, qui a ensuite conclu un partenariat avec le laboratoire pharmaceutique suisse pour permettre une production et une commercialisation à plus large échelle.

Cette bithérapie (casirivimab/imdevimab) bénéficie depuis mi-mars en France d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) chez les patients hospitalisés particulièrement susceptibles de développer une forme grave de COVID-19. Elle a également obtenu une autorisation d'urgence aux Etats-Unis pour les personnes souffrant d'une forme légère à modérée de COVID-19.

Mais ces nouvelles données, issues du vaste essai britannique Recovery portant sur l'évaluation d'une série de traitements potentiels du COVID-19, fournissent une preuve plus probante de son efficacité chez certains patients hospitalisés.

Chez les patients hospitalisés n'ayant pas encore développé leur propre réponse immunitaire après leur contamination par le coronavirus, ce cocktail d'anticorps monoclonaux réduit significativement la mortalité à 28 jours par rapport à une prise en charge standard.

"Pour chaque groupe de 100 patients (n'ayant pas encore développé leurs propres anticorps contre le coronavirus), six décès pourraient être évités grâce à ce traitement", est-il précisé dans le compte-rendu de cette étude.

En revanche le REGN-COV2 ne semble exercer aucun effet perceptible chez les patients hospitalisés ayant déjà développé leurs propres anticorps contre le virus.

"Il y avait de gros, gros doutes sur l'éventualité que le moindre traitement contre ce virus puisse fonctionner au stade où les patients sont déjà hospitalisés" a déclaré à la presse Martin Landray, épidémiologiste de l'université d'Oxford figurant parmi les principaux responsables de l'essai Recovery.

Et l'avantage est que cette bithérapie ciblant spécifiquement le virus peut être utilisée en combinaison avec d'autres traitements. "Les bénéfices s'ajoutent chez ces patients", a-t-il expliqué.

Pour son collègue d'université et dans l'essai Peter Horby, spécialiste des maladies infectieuses émergentes cité dans un communiqué de presse, "c'est formidable de découvrir que même dans des formes avancées de COVID-19, cibler le virus permet de réduire la mortalité chez des patients qui n'ont pas réussi à développer leur propre réponse immunitaire".

Ces résultats encourageants pourraient redonner un peu d'optimisme aux autres laboratoires s'étant lancés dans la voie des anticorps monoclonaux, dont certains ont connu des revers.

En France, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a aussi autorisé depuis mi-mars et de façon temporaire la bithérapie du laboratoire Eli Lilly France (bamlanivimab/etesevimab), également pour les patients à risque de développer une forme grave de COVID-19.

Les ATU accordées au REGN-COV2 et au cocktail de Lilly, initialement réservées aux adultes, ont d'ailleurs depuis été élargies aux enfants de plus de 12 ans particulièrement à risque de développer une forme grave de COVID-19. D'après l'ANSM, un peu plus de 1.000 patients avaient déjà bénéficié de ces traitements au 31 mai.

La Food and Drug Administration (FDA), autorité de santé américaine, a elle aussi accordé une autorisation d'urgence au cocktail d'anticorps d'Eli Lilly and Co ainsi qu'à celui développé par Vir Biotechnology avec GlaxoSmithKline, également dans les formes légères à modérées de COVID-19.

Le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca a fait savoir mardi que sa bithérapie à base d'anticorps monoclonaux n'était pas efficace pour prévenir l'apparition de symptômes du COVID-19 après contamination, même si d'autres essais évaluant son intérêt préventif ou curatif se poursuivent.

(Alistair Smout, avec Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS